TF1 veut négocier avec le CSA

Au menu : son JT et le re- nouvellement de l’autorisation d’émettre de la chaîne, en 2018.

C. G.
TF1 veut négocier avec le CSA
©TF1

La rumeur a couru à la fin de la semaine dernière : TF1 envisagerait de demander au CSA l’autorisation de prévoir une coupure pub dans ses JT. Tollé et incrédulité : l’opinion du grand public tranchait… en faveur du refus. L’affaire est cependant plus nuancée qu’il n’y paraît.

Alors que l’autorisation d’émettre de TF1 arrive à échéance le 5 mai 2018, la chaîne privée a transmis une série de demandes au Conseil supérieur de l’audiovisuel. C’est en effet à l’issue de négociations sur la convention qui les lie que le CSA doit renouveler la concession de TF1, pour une durée de cinq ans.

Selon le site Web de BFM Business, la chaîne du groupe Bouygues souhaite en profiter pour revenir sur un certain nombre d’interdictions et d’obligations qui pèsent sur elle.

Au motif que le paysage audiovisuel a "énormément évolué depuis 2002", TF1 remet en cause l’interdiction qui lui est faite d’interrompre "la diffusion de journaux télévisés par de la publicité". La chaîne souhaite que lui soit appliqué, comme à tous les autres acteurs du secteur, "le régime général fixé par décret de 1992" qui stipule que "la diffusion des journaux télévisés, des magazines d’actualité, des émissions religieuses et des émissions pour enfants, dont la durée est inférieure à 30 minutes, ne peut être interrompue par des messages publicitaires". Or, les JT de TF1 sont légèrement plus longs. Jusqu’à 40 minutes pour le "13 heures".

Promotion de LCI

Par ailleurs, TF1 souhaite remettre en cause plusieurs obligations, comme celle de "diffuser régulièrement des magazines d’information politique à heure de grande écoute", de diffuser "au moins 800 heures" par an d’émissions d’information et "au moins 750 heures par an" de programmes jeunesse. Elle souhaite également être dispensée de "diffuser régulièrement des magazines d’actualité". Et demande l’autorisation de faire la promotion sur son antenne de sa filiale LCI, disponible sur la TNT gratuite depuis le 5 avril 2016.

Selon certains journalistes, le gendarme de l’audiovisuel aimerait, de son côté, durcir la convention, mais le CSA préfère ne pas s’étendre pour le moment sur "ce dossier en cours d’instruction".

De toute façon, un consensus devra être trouvé entre les deux parties. Les représentants de TF1 seront d’ailleurs entendus en audition publique au CSA le 16 novembre prochain, avant les représentants de M6, dont la concession expire également en 2018.

"Libération" estime cependant que malgré le non-respect par TF1 de certains engagements, notamment en matière de diffusion de magazines d’information politique, il n’y a aucune chance que l’autorisation d’émettre de TF1 ne soit pas renouvelée. Le quotidien évoque un documentaire de Pierre Carles, "Fin de concession" (2010), qui montre que l’autorisation de TF1 est renouvelée quasi automatiquement chaque fois.