Vues de TF1 sur le marché de la pub belge: "Ce serait un véritable séisme" s'inquiète RTL

L'éventuelle arrivée de TF1 sur le marché publicitaire belge provoquerait un "véritable séisme" dans le monde médiatique du pays, a indiqué jeudi RTL Belgium en réaction à un article paru dans le journal Le Soir annonçant la volonté du groupe français de monétiser son audience belge.

Belga
Vues de TF1 sur le marché de la pub belge: "Ce serait un véritable séisme" s'inquiète RTL
©TF1

L'éventuelle arrivée de TF1 sur le marché publicitaire belge provoquerait un "véritable séisme" dans le monde médiatique du pays, a indiqué jeudi RTL Belgium en réaction à un article paru dans le journal Le Soir annonçant la volonté du groupe français de monétiser son audience belge. 

Le service public RTBF n'a quant à lui pas souhaité faire de commentaires à ce sujet. "On entend et on lit certaines rumeurs. Nous prenons toujours au sérieux une énième velléité publicitaire de TF1 sur le territoire belge", souligne RTL Belgium. "Si elle devait se concrétiser, l'arrivée de TF1 donnerait lieu à un véritable séisme qui engendrerait des bouleversements gigantesques pour de très nombreux acteurs belges et un appauvrissement global de secteurs aussi importants que les télévisions, la presse ou la radio, tant en termes d'emploi que de revenus et de production", ajoute le groupe privé, précisant qu'il suivrait les développements dans ce dossier avec la plus grande attention.

Le secteur redoute particulièrement un "cassage" des prix par le groupe français.

Concrètement, TF1, poussé par les difficultés financières et la nécessité de se diversifier face à la concurrence, souhaiterait effectuer au cours de certains de ses programmes des décrochages et donc diffuser des publicités à destination des téléspectateurs belges. "Il aurait contacté les deux principales régies publicitaires francophones: RMB (RTBF) et IP (RTL) mais aussi une régie flamande, celle du groupe privé SBS (les chaînes Vier et Vijf)", souligne Le Soir, ajoutant que le groupe avait déjà tenté de créer sa propre régie publicitaire belge en 1989, en vain face à l'opposition du monde économique et politique de l'époque.