La RTBF se prépare à une profonde mutation

Au. M.
La RTBF se prépare à une profonde mutation
©Photo News

Le service public va réaffecter 112 emplois administratifs à la production.

A l’image de l’ensemble du secteur, le personnel de la RTBF s’interroge sur ses modes de production. " L’univers audiovisuel est en profonde mutation , rappelle l’administrateur général, Jean-Paul Philippot. Comment respecter nos missions de service public alors que les jeunes, par exemple (mais plus seulement, NdlR), ne consomment pas les mêmes formats, les mêmes médias, aux mêmes endroits, aux mêmes moments que les adultes ? L’auditoire belge francophone est complexe ".

L’un des principaux objectifs est désormais de produire des contenus sur toutes les plateformes, sans possibilité de recourir à des effectifs et des revenus supplémentaires, dans un univers sans véritable modèle économique et où la gratuité des contenus ne couvre pas les coûts de production. A ces difficultés, s’ajoutent des formations onéreuses dans la mesure où les contenus ne se conçoivent pas de la même manière en télévision, en radio ou sur le Web. Les écritures, les formats, les rythmes, les métiers, sont différents. Mais convergent, inexorablement.

Simplification administrative

Ces pressions extérieures, couplées à un management jugé dysfonctionnel dans un rapport réalisé par McKinsey, ont considérablement pesé sur les équipes de production, contraintes de produire sans cesse davantage. Alors que les départs (démissions, changements d’orientation, etc.) se sont succédé toute l’année, le journal "Le Soir" pointait de "nombreux cas" de "burn out".

Outre des cellules d’écoute avec des aides extérieures et "des référents autour de la question du bien-être dans chaque équipe", poursuit Jean-Paul Philippot, la RTBF a également réagi en développant un "plan stratégique". Baptisé "Vision 2022", il prévoit notamment d’investir dans l’ensemble des contenus audiovisuels disponibles via des moyens numériques (et d’augmenter par conséquent la production de 15 % en 5 ans) à travers plusieurs mécanismes de "réorganisation". A commencer par une "simplification administrative". "Un management plus collaboratif (plus horizontal, NdlR) va être mis en place, explique l’administrateur général. Nous testons actuellement plusieurs types de modèles à travers des groupes de travail mais nous n’avons pas encore arrêté de nouvel organigramme".

Cette nouvelle organisation devrait permettre à la RTBF de réaffecter 112 emplois administratifs à la production. "Il y a en effet un renouvellement permanent de notre personnel, une rotation naturelle sur une période de 4 ou 5 ans. Une personne du département administratif qui partirait à la retraite par exemple, pourrait être remplacée par un nouveau membre au sein de l’équipe de production des contenus." Les 1970 équivalents temps plein de l’entreprise seront maintenus, assure le responsable.

"Eviter le surmenage"

Une dizaine de "projets" auraient également été mis en place pour "faire évoluer les méthodes de travail". Il s’agirait notamment de simplifier les processus et d’intégrer de nouveaux outils de production. "En ce compris des dispositifs pour éviter le surmenage, assure Jean-Paul Philippot. Des groupes projets réfléchissent actuellement sur la manière d ’intégrer ces nouveaux processus et ces nouveaux outils. Avec pour objectif de faire évoluer nos méthodes afin de produire davantage avec des effectifs stables. Tout en sachant que ces efforts seront dirigés vers les plateformes non linéaires".

Voté unanimement au conseil d’administration vendredi, ce plan stratégique prévoit d’activer un "troisième levier". A savoir la réorganisation des équipes en deux pôles (production, d’un coté, édition et diffusion, de l’autre). Objectif ? "Alléger l’encadrement." Chaque pôle serait responsable de tous les contenus (peu importe qu’ils soient diffusés en télévision, en radio ou sur le Web).