"Explicite", média des ex d’i-Télé

C.G.
204500 Patrice Falour/Starface 2016-02-03 Paris France Soirée des animateurs du Groupe Canal + au Manko à Paris.Sonia Chironi et Olivier Ravanello. Reporters / Starface
204500 Patrice Falour/Starface 2016-02-03 Paris France Soirée des animateurs du Groupe Canal + au Manko à Paris.Sonia Chironi et Olivier Ravanello. Reporters / Starface ©Reporters / Starface

Une cinquantaine de journalistes se relancent sur les réseaux sociaux ce vendredi.

Ils ont fait la grève pendant 31 jours pour protester contre les conditions imposées à i-Télé par l’actionnaire principal de Vivendi, Vincent Bolloré. Puis ont choisi de claquer la porte.

Parmi la centaine de journalistes salariés sur le carreau depuis mi-novembre, ils sont 58 à avoir créé un collectif. Ils lancent, au moment de l’investiture de Donald Trump ce vendredi, "Explicite", média d’info vidéo qui pourra être suivi par les internautes sur Youtube, Facebook, ou Twitter.

Concrètement, ils tourneront des modules vidéo avec des téléphones portables, et prévoient du direct, sur Facebook Live ou Periscope. "On veut proposer une information à l’écoute des gens, sans populisme, avec humilité et simplicité. On travaillera sans contrainte de flux, de format et de temps, au profit d’une plus grande liberté éditoriale", a précisé lundi Olivier Ravanello.

Spécialisé dans les relations internationales, ex-président de la société des journalistes d’i-Télé, ce dernier édite "Explicite" en tant que président de l’association "Journalistes associés".

Travail bénévole, au départ

A ses côtés, Antoine Genton, Nicolas Vescovacci (dont le documentaire sur le Crédit mutuel avait été déprogrammé par Canal + en mai 2015), Sonia Chironi, ou le spécialiste police-justice Jean-Michel Decugis ont été rejoints pas un journaliste issu de BFM-TV, Marc Autheman.

Faute de moyens suffisants, en l’absence de modèle économique structuré, installés dans des locaux gracieusement prêtés dans le 17e arrondissement à Paris, ces journalistes ne pourront pas se payer dans un premier temps. La plupart vivent sur leurs indemnités de départ d’i-Télé et cherchent du travail en parallèle.

"Explicite" pourrait se pérenniser, notamment grâce à une opération de crowdfunding, pour récolter des fonds. Les contenus seront accessibles gratuitement sur les réseaux sociaux, qui se financent par la pub.

Explicite sera essentiellement nourrie par de l’image, mais les journalistes ne s’interdisent pas de produire du texte et des photos. Ils pourraient, par la suite, enrichir le dispositif avec plusieurs live simultanés, laissant le choix à l’internaute de sa programmation.