"Tantale" se joue dans la tête du Président

Karin Tshidimba
"Tantale" se joue dans la tête du Président

Présentée à Biarritz, cette fiction interactive redessine les contours de la narration.

Le pitch de "Tantale" est simplissime : à la veille de la désignation de la nouvelle ville hôte des JO, les tractations vont bon train dans les coulisses d’un grand hôtel international, notamment entre le Président français, le Président indien et un homme politique africain. Pour une fois, l’histoire ne se déroule pas loin de nos regards, nous pouvons concrètement y prendre part.

Grâce à son écran d’ordinateur ou à son smartphone, le public se glisse dans la peau du président Henri Laborde (François Marthouret) qui se bat pour imposer la candidature de la France aux Jeux olympiques et fait face à différents interlocuteurs. En fonction des propositions des uns et des autres, il existe 25 scénarios et 5 fins possibles.

Décisions en cascades

Organiser ou pas les JO n’est pas la seule question à trancher car tout dépend des conditions de la transaction. Et en la matière, les coups bas sont légion. Pour élaborer sa fiction, le réalisateur Gilles Porte dit s’être inspiré de la mésaventure de Jacques Chirac face à la candidature de Londres.

L’idée est de combiner le plaisir de la narration en fiction et le caractère ludique de l’expérience qui permet d’interagir avec les personnages comme dans un jeu vidéo. A chaque étape, il faut déjouer un "piège" potentiel et "prendre la bonne décision". Même si, dans cette sombre affaire de jeux d’influence, aucun itinéraire ne semble permettre aux protagonistes de garder les mains propres. Jusqu’où ira le Président pour obtenir ce qu’il souhaite ? Cette fois, c’est vous qui décidez.

Il suffit de peu de choses pour prendre part à l’expérience : connecter son téléphone portable ou son ordinateur sur le site de "Tantale" et suivre l’intrigue. Chaque fois qu’à l’écran, le président semble hésiter, le téléspectateur prend la main et tranche le dilemme. Sur son écran positionné horizontalement, les deux options se présentent : il suffit de voter. Mardi soir au Fipa, une fois que la majorité s’était exprimée, l’option imaginée - bien sûr, déjà tournée - apparaissait à l’écran, révélant chaque nouveau virage de l’intrigue.

François Marthouret est très bien dans le rôle du président désireux d’imprimer sa marque dans l’Histoire, mais soumis à un dilemme sur le plan personnel : sa fille s’est investie dans la finance mais la négociation autour des JO, et les soupçons de fraude, pourraient nuire à sa carrière.

Une fiction instructive mais bavarde

L’expérience permet de découvrir tous ces instants de basculement et de décisions délicates qui donnent une nouvelle direction à l’action. Parsemée de moments de réflexion et d’hésitation - pour permettre au public de voter -, la trame se délite un peu et le résultat est forcément plus bavard qu’une fiction traditionnelle puisque l’intrigue de "Tantale" suit une série de dilemmes qui doivent être tranchés par le public.

Soutenue par la cellule "Nouvelles écritures" de France Télévisions, une première version du film avait été testée en petit comité en juillet dernier à Paris. Cette expérience produite par France Télévisions avec La Générale de production bénéficie du soutien de Radio France. Elle a apporté son expertise avec le recours au son binaural (ou son 3D) - comme dans la websérie "Burkland" - qui donne à l’internaute le sentiment d’être enveloppé par le son.

Enfin, le titre fait référence au minerai du même nom et au fameux supplice de Tantale qui voit le fils de Zeus condamné à désirer des choses qui se dérobent sans cesse devant lui…