Que faut-il penser de "Loki", la nouvelle série Marvel ?

Lancée ce 9 juin sur Disney+, Loki augure d’un haut potentiel au vu des deux premiers épisodes que nous avons pu voir en primeur.

Que faut-il penser de "Loki", la nouvelle série Marvel ?
©Marvel/Disney

On retrouve dans cette  troisième série de la phase IV de l’Univers cinématographique Marvel (MCU), le dieu asgardien du Mensonge, toujours incarné par l’excellent Tom Hiddelston. Le premier épisode débute avec la scène de Avengers : Endgame où Loki, profitant de la confusion provoquée par le retour dans le temps des Avengers de 2023 (et l'entrée fracassante de Hulk) échappe aux Avengers de 2012 grâce aux pouvoirs du Tesseract.

Échoué dans le désert de Gobi, il est appréhendé par les Minuteurs, une police du temps, bras armé du Tribunal des variations anachroniques (TVA ou Time Variance Authority en version originale) qui corrige toutes les altérations du flux temporel. Mobius, un cadre du TVA trouve dans Loki un auxiliaire idéal pour appréhender un autre Variant, auteur d’une série de crimes temporels.

Les équipes de scénaristes de Disney/Marvel disposent désormais d’un vaste terrain de jeu et de boîtes à idées inépuisables. Celles des réalisateurs de moyens dignes du cinéma. Loki, plus encore que WandaVision ou Faucon et le Soldat de l’Hiver, enrichit l’univers du MCU.

Invention finaude du scénariste Walt Simonson et du dessinateur Sal Buscema, le TVA a permis dans les comics de la Marvel d’expliquer (et corriger) les incohérences apparues au fil des décennies dans les innombrables séries de la maison d’édition. L’organe pourrait devenir utile au MCU devenu également tentaculaire.

La tonalité méta et postmoderne de Loki est à l’aune de Ragnarok, le dernier et le plus réussi des Thor. Nouveau venu dans le MCU, Owen Wilson est une plus-value de choix. Il forme d’emblée un savoureux duo avec Tom Hiddelston. Si le Loki de ce dernier est au début de la série celui encore très hautain et maléfique du premier Avengers, il progresse rapidement vers celui en voie de rédemption de Ragnarok.

Le soupçon de Mobius quant à l’identité de l’assassin constitue le cliffhanger du premier épisode. Celui du second éclaire d’emblée les spéculations qui circulent depuis un an sur la présence d’une variante du personnage, issue des bandes dessinées, ainsi que l’attribution à Loki du genre "fluide" (non binaire, en français) relevée dans une bande-annonce de la série. Seuls les Guardiens du Temps, démiurges du TVA, savent si ces choix satisferont les communautés concernées (fans et LGBT +).