Charline Vanhoenacker, avant le match des Bleus: "Tout ce que je vous souhaite ce soir, c'est de perdre. C'est pour vous que je dis ça !"

La France affronte l'Allemagne, ce mardi 15 juin à 21 heures. Si le match est fortement attendu chez nos voisins, le couvre-feu va jouer les trouble-fêtes, comme l'a rappelé avec humour Charline Vanhoenacker.

M.R.

La pression monte en France alors que les Bleus jouent ce mardi 15 juin leur premier match de cet Euro 2020. Confrontée d'entrée de jeu à la Mannschaft, l'équipe de Didier Deschamps va devoir assurer, pour cette rencontre "d'une grande importance". De nombreux Français ont prévu de suivre le match dans des cafés ou sur des terrasses. Mais le couvre-feu de 23 heures ne permettra pas de fêter outre mesure une éventuelle victoire, sachant que la rencontre se terminera à 22h50. "Ça va être dur de demander aux gens de rentrer chez eux si la France gagne. Donc moi, tout ce que je vous souhaite ce soir, c'est de perdre", a ironisé Charline Vanhoenacker sur France Inter. "Vraiment c'est pour vous que je dis ça, pour préserver la paix sociale du pays ! Pas pour venger la Coupe du monde en 2018 aux Belges."

Si elle a fait rire ses collègues de la radio française, la chroniqueuse belge a tout de même eu droit à un gentil "Tu sors, Charline". Ce qui ne l'a pas empêché de poursuivre sa chronique. "Les footeux espéraient une dérogation, eh ben non. Ça y est, les Français se croient tout permis, ils pensent sortir après 23 heures, comme ça, en plein mois de juin ? Mais ils sont dingues !", a-t-elle lâché sur le ton de l'humour. 

L'humoriste aux origines hennuyères a ensuite estimé qu'en ce moment, il valait mieux être supporter de tennis que de foot. "Le gouvernement a accordé une dérogation pour les spectateurs du match Nadal/Djokovic à Roland Garros, qui s'est achevé après 23 heures. Pour la victoire de Djoko, est-ce que vous avez vu des supporters de tennis à moitié à poil brandir hors de leurs bagnoles des drapeaux serbes ? Non, au tennis on sait se tenir ! De toute façon, ils ne savent pas faire la fête, ils sont bourrés après deux Monaco... ", a poursuivi Charline Vanhoenacker, invitant les Français en cas de victoire à faire "une grosse fiesta sur Zoom". 




Sur le même sujet