"J'aurais bien foutu des claques à l'ancienne promotion": les vérités d'Alexia Laroche-Joubert avant le retour de Koh-Lanta

La directrice d'ALP évoque aussi d'autres sujets qui fâchent comme le retour de l'émission le mardi soir et le harcèlement.

"J'aurais bien foutu des claques à l'ancienne promotion": les vérités d'Alexia Laroche-Joubert avant le retour de Koh-Lanta
©ALP/TF1/Starface

En décembre dernier, Koh-Lanta : La Légende, saison qui rassemblait les aventuriers emblématiques de l'émission, prenait fin en laissant un goût amer aux téléspectateurs. Face à la tricherie de certains candidats, la production avait tout simplement décidé de ne pas dépouiller les votes et donc de ne pas élire de vainqueur. Les 100.000 euros promis à ce dernier ont donc été reversés à l'association Pour Bertrand-Kamal. "En tant qu'ancienne directrice d'école, j'aurais bien foutu des claques à l'ancienne promotion", lance Alexia Laroche-Joubert avant d'entamer la conférence de Koh-Lanta, le totem maudit. Car, oui, même si le dernier chapitre du programme a déçu, TF1 lancera bien une nouvelle saison, le 22 février prochain.

La question est donc de savoir si des mesures de sécurité ont, dès lors, été mises en place pour ne plus qu’il y ait de tricherie possible lors de l’aventure. Au courant de la tricherie de Teheiura, la production a renforcé la sécurité en ajoutant deux gardiens équipés d’un bateau par campement. L’équipe était toutefois presque en fin de tournage lorsqu’elle a appris les autres cas de tricherie.

Selon certains anciens candidats, ces dernières auraient été causées par le manque de nourriture sur le camp. Chose à laquelle Remi Faure, directeur des programmes de TF1 répond : "Toutes les saisons de Koh-Lanta sont dures et exigeantes. Nombreuses sont celles à avoir débuté sans riz. Il n'y a donc pas de cause à effet."

La case du mardi maintenue

Le changement de case, du mythique vendredi au mardi soir, a également agité la toile lors de la saison dernière, les téléspectateurs se plaignant de ne plus pouvoir profiter de la fin de semaine pour regarder leur émission favorite. Et, pourtant, cette saison encore, TF1 rempile à la case du mardi. Une décision qui s'explique par le grand nombre de divertissements et d'événements sportifs que la première chaîne française doit réussir à caser mais également par la cible que la production de Koh-Lanta tente d'atteindre, à savoir le jeune public. Dans une bonne partie de la France, les enfants ne vont pas à l'école le mercredi matin et peuvent donc suivre confortablement Koh-Lanta sans avoir peur d'aller se coucher tard.

Combattre le harcèlement

On ne le répétera pas assez : Koh-Lanta est et reste avant tout un jeu. Certains fans du programme ne l'ont malheureusement pas encore compris et se plaisent à harceler et à menacer les aventuriers sur les réseaux sociaux. Des mots qui se répètent au fur et à mesure des saisons et qui ont incité Adventure Line Productions à saisir la justice. "On a fait un signalement au procureur et on continuera à le faire. Ce ne sont que quelques individus au regard d'un grand nombre de téléspectateurs qui réagissent sur les réseaux sociaux de manière totalement normale, avec passion et respect", déclare Alexia Laroche-Joubert.

Afin de se constituer une armure face à ces messages haineux, les aventuriers sont désormais préparés à la réception de menaces. "On briefe les candidats avant et au retour de l'aventure", explique la directrice qui précise que ces derniers ne sont "bien accompagnés" et pas laissés seuls dans la nature après leur expérience devant la caméra.

Serpents et intempéries perturbent le tournage

Près de 15 ans après les avoir quittés, Koh-Lanta fait son grand retour aux Philippines, et plus précisément sur les îles Calamian. Une destination qui ne ressemble pas à celles rencontrées jusqu'à présent. "Il y a beaucoup de zones escarpées. Le look est aussi différent par rapport à ce qu'on a connu dans le Pacifique", explique Alexia Laroche-Joubert qui se réjouit du retour des animaux qui sont, selon elle, "des personnages qui viendront alimenter le récit" de ce Koh-Lanta, le totem maudit.

Parmi eux, insectes, serpents, animaux rampants et autres qui viendront parfois perturber l'aventure des candidats. "Les aventuriers sont briefés par un médecin et par responsable de la sécurité avant le tournage. C'est donc à eux de faire attention et de mettre des choses en place sur le campement afin d'éviter toute mauvaise rencontre", continue Julien Magne, directeur des programmes chez ALP.

Des blessures, il y en aura, certes lors de cette nouvelle saison mais ces "bobos ne doivent pas tous êtres associés aux animaux", précise-t-il toutefois.

Une fois arrivée aux Philippines, l'équipe de Koh-Lanta, le totem maudit a également dû faire face à des "intempéries titanesques" à cause desquelles le tournage a finalement été retardé. Heureusement, celui-ci a finalement pu se dérouler correctement.

Le totem maudit, une épée de Damoclès

À côté de tous ces désagréments, on en oublierait presque la nouveauté de cette saison qui viendra, à coup sûr, pimenter l'aventure : le totem maudit. Contrairement au totem habituel, qui est toujours présent et qui revient à l'équipe ou à l'aventurier qui gagne l'épreuve d'immunité, ce dernier est à ne surtout pas croiser sur son chemin. Et, pour cause, il pourrait totalement faire basculer l'aventure de celui qui le reçoit. "Il apportera sa malédiction aux aventuriers sur chacun des épisodes à commencer par le premier", déclare Denis Brogniart avant de conclure : "Malheur à la femme qui terminera dernière et à l'homme qui sera le moins performant parce qu'ils subiront la sanction du totem maudit, une sanction qui pourrait bien les poursuivre très longtemps dans cette aventure."