Ardisson va interviewer Dalida, Coluche et Gabin

Bienvenue à l’Hôtel du temps, nouvelle émission de l’animateur Thierry Ardisson où des stars défuntes sont ressuscitées grâce aux nouvelles technologies, avec un premier volet dédié à Dalida, lundi soir (2 mai) sur France 3.

Ardisson va interviewer Dalida, Coluche et Gabin
D'après AFP

Le concept : interviewer des célébrités décédées, dont les visage et voix ont été recréés par divers procédés technologiques afin qu’elles évoquent leur vie et leur mort.

Outre l’émission sur Dalida, la diffusion de deux autres numéros, consacrés à Coluche et Jean Gabin, est annoncée pour les mois à venir, sur France 3.

Chaque vedette conversera avec Thierry Ardisson, lui-même rajeuni, dans le luxueux Hôtel du temps, installé pour l'occasion dans le palace parisien Le Meurice. "C'est un vrai documentaire raconté à la première personne avec un intervieweur qui fait accoucher le personnage" en s'appuyant sur des archives, explique Nicolas Daniel, directeur des magazines de France Télévisions.

L'émission pose de multiples interrogations éthiques quant au fait de faire parler des morts en recourant au deepfake, une technologie d'intelligence artificielle permettant de truquer les images. "J'ai demandé leur avis aux héritiers" même si, légalement, "il n'y a pas de droit à l'image pour les morts", explique Thierry Ardisson. "Travailler main dans la main avec eux" a permis "d'obtenir plein d'infos que je n'aurais peut-être pas obtenues" seul, ajoute-t-il.

L'autre garde-fou éthique de l'émission est que tous les propos tenus par les personnalités "ont été réellement prononcés ou écrits", garantit l'animateur, l'idée étant d'explorer les multiples facettes de stars populaires, comme le passé de résistant de Jean Gabin, ses amours avec Marlène Dietrich ou sa fibre paysanne.

Quant au deepfake, "c'est un outil : ce qui est bon ou mauvais, c'est l'utilisation qu'on en fait", tranche l'"homme en noir", qui revendique l'employer "d'une façon positive et culturelle".

Le studio français Mac Guff a développé pour l'occasion "un outil unique" en très haute résolution, souligne Rodolphe Chabrier, président de ce grand nom de l'animation 3D et des effets spéciaux.

En l’occurrence, ce logiciel recrée les visages au moyen d’une intelligence artificielle nourrie au préalable de nombreuses images originales des vedettes.

Ce double visuel a ensuite été incrusté sur le visage des comédiens qui ont interprété les stars interviewées par Ardisson. Le résultat est "bluffant", confirme Orlando, le frère de Dalida, ému d'avoir vu sa sœur évoquer son suicide à l'écran.

L'émission remonte aussi le temps avec le talking picture, qui anime les visages de personnes sur tableau ou photo, pour créer des conversations entre illustres défunts, du type Dalida-Claude François.

Autant de prouesses technologiques qui préfigurent d'infinies déclinaisons sur les réseaux sociaux, la publicité ou au cinéma. "Dans quelques années, il y aura des films avec Clark Gable ou Gary Cooper à Hollywood", prédit Ardisson, qui ambitionne désormais "d'utiliser l'intelligence artificielle pour spectaculariser la culture" à la télé.

Sur le même sujet