"Vous devez-faire quelque chose, s'il vous plaît": Quand Emmanuel Macron faisait pression sur Stéphane Bern à l'Eurovision

Lors de l'édition 2021 de l'Eurovision, le président français n'a pas hésité à envoyer un sms au présentateur, lui demandant d'intervenir.

"Vous devez-faire quelque chose, s'il vous plaît": Quand Emmanuel Macron faisait pression sur Stéphane Bern à l'Eurovision
©AFP

Alors que le concours de l'Eurovision démarre ce mardi 10 mai à Turin, tout le monde se souvient encore de la polémique de l'année dernière. Damiano David, le chanteur du groupe vainqueur, les Italiens de Måneskin, était à l'époque accusé d'avoir consommé de la cocaïne lors de leur prestation. Un test de dépistage, réalisé dans la foulée, s'était avéré négatif et avait clos la polémique.

Ce lundi, Stéphane Bern, qui présentait le programme l'année dernière aux côtés de Laurence Boccolini, s'est livré à la BBC et est revenu sur ce moment de tensions. "C'était un beau bordel. J'ai reçu tellement de messages sur mon portable, y compris un du président français, me disant que Måneskin devait être disqualifié. Il disait: 'Vous devez faire quelque chose, s'il vous plaît.' ", raconte-t-il ainsi.

Le secrétaire d'État auprès du ministre français des Affaires européennes, qui était à Rotterdam pour le concours, l'a également contacté alors que les votes se poursuivaient et que la candidate française, Barbara Pravi, arrivait à la seconde place. "Que devons-nous faire ? Que devons-nous faire ? Faites quelque chose, s'il vous plaît", réclamait-il ainsi.

Face à cette pression, le commentateur explique s'être senti bien démuni : "Qu'est-ce que j'aurais pu faire? Je n'étais pas l'hôte. Je ne suis pas le président de l'Eurovision !" Dans cette interview accordée à la BBC, Stéphane Bern explique finalement que Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions et de l'Union européenne de radio-télévision, lui avait rétorqué que les Français voulait être vainqueurs au mérite et non pas en disqualifiant la première place. "Nous n'avons donc pas fait de bruit ni de protestation à ce sujet", conclut-il ainsi.