La série flamande "Beau Rivage" exhume les secrets de la mer

La suite, en dix épisodes, du troublant thriller flamand "Beau Séjour" est à découvrir sur Arte et sur arte.tv.

La série flamande "Beau Rivage" exhume les secrets de la mer
©© De Mensen

En pleine tempête, un homme aux cheveux blancs se retrouve ballotté sur le pont de son voilier secoué par les vagues. Soudain, dans le faisceau du projecteur d’un hélicoptère, il aperçoit son propre cadavre pendu en haut du mât. Stupéfait, Maurice Teirlinck (Gene Bervoets) tombe à l’eau. Peu de temps après, la découverte de son cadavre sur la plage de Zeebruges rouvre de nombreuses plaies car voilà sept ans que le vieil homme avait disparu. Sa famille est d’autant plus divisée que son petit-fils Jasper, 7 ans, vient lui aussi de disparaître…

Dans la tête de l’ex-femme (Katelijne Verbeke) de Maurice et de ses trois filles, Esther (Émilie De Roo), Britt (Greet Verstaete) et Alice (Lize Feryn) commence un impossible deuil hérissé de questions sans réponse.

Selon le principe déjà établi lors de la saison 1 de Beau Séjour - on y suivait la jeune Kato enquêtant sur son propre meurtre -, chaque personne de l'entourage des disparus est un suspect potentiel et l'enquête, menée à la fois par Maurice et par le policier Vinnie Scheepers (Titus De Voogdt), vise à éclairer les circonstances de ces disparitions/décès. Ce faisant, de lourds secrets sont révélés dans cette famille déjà rongée par un certain nombre de rancunes et de dissensions. Tandis que chacun s'interroge sur ses propres relations à la mort et aux remords. Et que les principaux intéressés sondent en vain leur mémoire traumatisée ou apathique.

Une série belge saluée par le public de Séries Mania

Lors de sa présentation en 2017 dans le cadre du Festival Séries Mania, la série Beau Séjour avait fait forte impression avec son atmosphère étrange entre thriller psychologique, enquête policière et science-fiction. Portée par la formidable Lynn Van Royen, la série flamande y avait d'ailleurs remporté le prix du public.

Pour cette saison 2, la série quitte la campagne limbourgeoise figée dans le givre pour s'ancrer sous le soleil de la Côte belge, à Zeebruges, mais Beau Rivage** repose toujours sur le même concept : un mort(e) souffrant d'amnésie enquête sur son propre décès et, ce faisant, entraîne ses proches jusqu'aux frontières du réel.

On renoue avec la plume experte du duo Sanne Nuyens et Bert Van Dael (The Twelve, Beau Séjour) remarqué pour la finesse de la description de la psychologie de ses personnages. Cette fois, ils sont épaulés par le scénariste et réalisateur Roel Mondelaers (Unité 42).

Des profils psychologiques soignés

Si l’on salue toujours les jeux de lumière et la poésie de la réalisation, à la fois dense et atmosphérique d’un autre duo, Kaat Beels et Nathalie Basteyns - déjà à la barre de la première saison de cette anthologie -, on ne peut s’empêcher de noter certaines longueurs et répétitions superflues, malgré une interprétation toujours impeccable de l’ensemble des comédiens.

En dépit de son originalité indéniable, la série souffre un peu de la dilution de son propos et de la volonté de prolonger, sur dix épisodes, cette étonnante enquête en forme de Cluedo combinée à un patient jeu des cinq familles.