Les rédactions de France Télévisions votent la défiance contre leur directeur de l'information

Les rédactions nationales de France Télévisions ont largement voté jeudi soir la défiance à l'égard de leur directeur de l'information Laurent Guimier, en délicatesse avec ses troupes sur le sujet notamment des effectifs.

Les rédactions de France Télévisions votent la défiance contre leur directeur de l'information
©FTV

Selon des résultats fournis par la société des journalistes de France 2, l'une des organisatrices du scrutin, la défiance a été votée à 79,52% des suffrages exprimés, avec un taux de participation de 71,09%, sur l'ensemble des quatre rédactions (France 2, France 3 National, la rédaction web de franceinfo.fr et la rédaction d'info en continu franceinfo:TV).

Les 334 journalistes qui ont voté la défiance frôlent la majorité absolue des effectifs cumulés des rédactions (678 journalistes).

Le désaveu est particulièrement fort à franceinfo.fr (93% des exprimés), mais surtout à France 2 (86,58% des exprimés pour la défiance), le poids-lourd journalistique de France Télévision avec 425 journalistes.

En revanche, la confiance l'a emporté à franceinfo:TV par 53% des exprimés.

Les rédactions de France Télévisions ont connu "une exceptionnelle mobilisation", a indiqué dans son communiqué le bureau de la SDJ de France 2.

"Nous ne pouvons pas imaginer que ce message, sans équivoque, soit ignoré par la présidence de France Télévisions", a ajouté la SDJ.

Sollicitée par l'AFP, la direction de France Télévisions n'a pas souhaité réagir immédiatement.

Les commentaires "seront d'abord adressés aux équipes en interne", a indiqué un porte-parole de France Télévisions.

Selon des sources au sein de la rédaction, le conflit latent entre le directeur de l'information et ses troupes s'est cristallisé récemment sur la question du non-renouvellement de 5 CDD, dans une rédaction qui travaille déjà à flux très tendus.

La décision de France Télévisions de rediffuser des reportages, plutôt que de produire de nouveaux sujets, a également été très critiquée en interne.

"Relations compliquées"

"Mais depuis quelques temps déjà les relations entre les rédactions et M. Guimier étaient compliquées", a estimé un membre du bureau de la Société des journalistes.

Selon des témoignages concordants, nombre de journalistes reprochent à Laurent Guimier de peu se montrer dans les rédactions.

"Il n'est pas beaucoup là, on ne le voit jamais dans les conférences de rédaction", a indiqué l'un d'entre eux.

Beaucoup de journalistes lui reprochent également d'avoir fait profil bas face à Emmanuel Macron et Marine Le Pen, quand les deux candidats, chacun de leur côté ont refusé de venir sur le plateau de France 2 à des moments clef de la campagne présidentielle, alors que les autres candidats s'étaient pliés à l'exercice.

Ce vote survient deux jours après un fort mouvement de grève dans l'audiovisuel public contre la suppression de la redevance voulue par le gouvernement dès cet automne et dans un contexte plus large de craintes pour leur avenir.

Laurent Guimier est un journaliste qui a fait une grande partie de sa carrière à Europe 1, mais a aussi dirigé la radio France Info, de 2014 à 2017.

Après avoir dirigé le pôle radio du groupe Lagardère en 2018-2019, il avait intégré France Télévisions comme directeur de franceinfo (le site web et l'application regroupant les offres TV radio et numérique du service public), avant de devenir le directeur de l'information en septembre 2020.

En avril 2016, les journalistes de France Télévisions avaient également adopté une motion de défiance contre leur directeur de l'information Michel Field, sur fond de projet de fusion des rédactions. Michel Field avait finalement démissionné un an plus tard, alors qu'une seconde motion de défiance s'annonçait.