"Des chiffres et des lettres": la réponse cinglante de France Télévisions à Arielle Boulin-Prat et Bertrand Renard

Bertrand Renard et Arielle Boulin-Prat se sont fait évincer de l'émission "Des chiffres et des lettres".

AFP
"Des chiffres et des lettres": la réponse cinglante de France Télévisions à Arielle Boulin-Prat et Bertrand Renard
©Vincent PANCOL

Pour eux, "le compte n'est pas bon": évincés après des décennies de collaboration, les deux figures historiques du jeu télévisé "Des chiffres et des lettres" ont créé la polémique en dévoilant les conditions de leur départ et mettant en lumière la précarité dans l'audiovisuel.

Bertrand Renard et Arielle Boulin-Prat, le Mr chiffres et la Mme lettres du jeu, depuis respectivement 47 ans et 36 ans, ont dénoncé lundi le caractère "contraint et forcé" de leur départ, en réponse aux "déclarations angéliques" d'une dirigeante de France Télévisions.

"Nous ne nous sommes pas mis d'accord et nous le regrettons", avait expliqué vendredi au Parisien la directrice de l'unité des jeux, variétés et divertissements du groupe public, Alexandra Redde-Amiel.

La réalité est "moins rose bonbon", assurent les acolytes de Laurent Romejko. Ce dernier est amené à conserver le poste qu'il occupe depuis 30 ans au sein du jeu à la longévité exceptionnelle, (un demi-siècle au compteur) qui sera diffusé uniquement le weekend à partir de la rentrée.

France Télévisions "a exigé une baisse de notre salaire de l'ordre de 60% et a refusé de nous accorder le CDI que nous avons eu l'outrecuidance de réclamer", s'indignent les deux arbitres dans un communiqué.

"Vous avez bien lu, nous sommes en CDD depuis 36 ans pour Arielle, et 47 ans pour Bertrand...", poursuit le duo, évoquant une régularisation "sèchement refusée".

Prud'hommes ?

De quoi choquer nombre de commentateurs sur les réseaux sociaux, à l'instar de l'ancien candidat communiste à la présidentielle Fabien Roussel, qui leur a apporté son "plein soutien". "Hallucinant ! Et on leur reproche d'avoir réclamé un CDI...", a-t-il tweeté.

De quoi justifier aussi "très rapidement" une procédure aux prud'hommes sauf si les deux parties parviennent à un accord "in extremis", a affirmé à l'AFP leur avocate, Me Juliette Mascart.

"Le recours" aux CDD dits d'usage "est autorisé et pratiqué par l'ensemble de la profession", rappelle de son côté France Télé dans un communiqué transmis mardi à l'AFP, car "la reconduction d'une émission dans une grille est réinterrogée chaque année".

"Madame Boulin-Prat et Monsieur Renard ont travaillé environ 35 à 40 jours par an, regroupés en 6 à 8 sessions. Ils n'ont donc pas collaboré dans les conditions d'un CDI à temps plein", poursuit le groupe public. Et une "augmentation" de leur cachet" leur a été proposé pour "compenser une part significative de la baisse du nombre d'émissions".

"A partir du moment où un salarié cumule des contrats de travail sur plusieurs années (...) il fait partie de l'entreprise", plaide pour l'AFP Eric Vial, responsable FO chargé des conventions collectives de l'audiovisuel.

Souhaitant "mettre fin au fantasme du tas d'or sur lequel" ses clients "seraient assis", Me Mascart précise qu'ils gagnaient une rémunération forfaitaire de "240 euros par émission".

"Tremblement de terre"

Pour Céline Santran, 48 ans, fan du jeu, "le tremblement de terre" vient surtout du "passage de la quotidienne au weekend" et d'une possible disparition à terme de l'émission.

Cette professeur d'anglais a créé l'an dernier un club "Des chiffres et des Lettres" (DCDL) près de Bordeaux, comme il en existe une centaine en France.

"Forcément un peu triste" du départ des deux animateurs, elle se réjouit néanmoins qu'un crack du jeu, Stéphane Crosnier, succède à Bertrand Renard (lui-même ancien candidat), selon une information de Télé Loisirs non confirmée par France Télé.

"En colère", le président du club DCDL de Strasbourg, Christophe Sauty, 48 ans, se dit content de "ne plus payer la redevance", récemment supprimée par l'exécutif.

"Des chiffres et des lettres", qui doit laisser place en semaine à "Duels en familles, le match des régions", animé par Cyril Féraud, a rassemblé 628.000 téléspectateurs en moyenne sur la saison 2021-2022, soit 9,7% de part d'audience (PDA), un chiffre en hausse par rapport à la période 2016-2017, selon Médiamétrie.