"La gêne est quotidienne": Comme le personnage qu'il incarne dans "Champion", Kendji Girac a eu des difficultés à lire et à écrire

Champion Mardi 20.25 sur La Une. Les premiers pas de Kendji Girac en tant que comédien.

Aurélie Parisi
"La gêne est quotidienne": Comme le personnage qu'il incarne dans "Champion", Kendji Girac a eu des difficultés à lire et à écrire

Découvert en 2014 dans The Voice, la plus belle voix, Kendji Girac est aujourd'hui l'un des chanteurs français les plus appréciés de sa génération. Depuis deux ans, l'interprète de "Color Gitano" officie également en tant que juré de The Voice Kids sur TF1. Deux casquettes à laquelle il en ajoute une troisième, celle de comédien.

Ce mardi, il fera ses premiers pas dans Champion, un téléfilm dans lequel il incarne Zach, un jeune menuisier souffrant d'illettrisme. Un sujet qui touche profondément l'artiste et qui l'a poussé à se lancer dans la comédie. "J'avais envie de jouer devant une caméra depuis longtemps, mais j'attendais un projet qui me corresponde vraiment. Je souhaitais que ce premier rôle soit l'occasion de faire passer un message important à mes yeux. Je me suis laissé tenter par TF1, où je suis en totale confiance, et par ma deuxième famille dont font partie la réalisatrice Mona Achache et Fabienne Arbelot, productrice chez Vema Production. Lorsque je me suis senti prêt à tourner ce film et à parler de l'illettrisme, nous nous sommes lancés dans cette grande aventure, dont je suis très fier", explique Kendji Girac à TF1 qui se retrouve beaucoup dans le jeune Zach qu'il incarne à l'écran. "Plus jeune, j'ai éprouvé des difficultés à lire et à écrire car je n'ai pas eu un parcours scolaire classique du fait de mes voyages. Être souvent sur les routes implique une organisation différente pour étudier. Comme Zach, j'ai enfoui ce problème au fond de moi et, dans un premier temps, je n'ai pas voulu en parler, avant de vouloir crever l'abcès, convaincu que cela aiderait sûrement tous ceux qui rencontrent les mêmes difficultés."

C'est en découvrant le monde de la télévision que le chanteur a voulu combattre ses difficultés. "Lorsque j'ai commencé à donner des interviews, j'ai réalisé l'importance de bien s'exprimer. Or, il m'arrivait de ne pas comprendre certains mots, sans oser l'avouer. J'avais 17 ans, je découvrais ce milieu et je gardais encore tout pour moi."

Encore aujourd'hui, Kendji Girac ne le nie pas, "la gêne est quotidienne" mais il continue son apprentissage." Il est capital d'être suivi", dit-il, toujours à la première chaîne. "Il faut simplement ne pas se renfermer sur soi. L'illett risme ne doit pas être un sujet tabou."

Le message qu'il souhaite faire passer à travers ce film ? "Il ne faut jamais baisser les bras et, surtout, ne jamais perdre espoir. Il y aura toujours quelqu'un pour vous aider à vaincre vos difficultés. On peut combattre ses propres démons. Il faut aller jusqu'au bout car à la clé, il y a la fierté de savoir lire et écrire. Cela n'a pas de prix !"