La série belge "Ennemi public" débarque sur Netflix

Dès ce samedi 1er octobre, les abonnés de la plateforme pourront suivre les saisons 1 et 2 de la série belge sur Netfli.

Aurélie Parisi
La série belge "Ennemi public" débarque sur Netflix
©TF1

À partir de ce 1er octobre, Ennemi public franchira un nouveau cap. Diffusée dans plus de 50 pays (France, Allemagne, Australie, USA ou encore Portugal), la série sera désormais disponible sur Netflix. Une ouverture au monde pour le thriller made in Belgium. "On est très content de débarquer sur Netflix. Ça faisait longtemps qu'on se disait que ça pouvait être bon pour nous. Ça pourrait nous permettre de toucher un public plus jeune", explique Matthieu Frances, l'un des créateurs d'Ennemi Public.

Comme La Trêve ou encore Unité 42, Ennemi public fait partie des premières séries belges issues du Fonds séries Fédération Wallonie-Bruxelles/RTBF. Créée en 2016, celle-ci est librement inspirée de l'affaire Dutroux et raconte l'histoire de Guy Béranger, un tueur d'enfants qui a trouvé refuge dans une abbaye de Vielsart, dans les Ardennes belges, après 20 ans de réclusion, et qui se retrouve sous la protection de Chloé Muller, une inspectrice de la police fédérale qui est persuadée que ce dernier récidivera un jour ou l'autre. Mais alors que celui-ci semble être hors d'état de nuire, une autre petite fille disparaît dans le village…

Son succès, la série le doit à "son histoire nationale", pense Matthieu Frances. "On n'a jamais caché qu'on a créé cette série en fonction des questionnements qu'on avait étant enfant, adolescent de puis adulte sur l'affaire Dutroux. On s'est dit qu'on n'était pas les seuls à se poser ces questions. On a donc essayé de raconter une histoire. Puis dans toutes les recettes de la réussite, il y a aussi de la passion. Si on en est là aujourd'hui, c'est grâce à notre travail et à notre amour pour ce dernier."

Une saison 3 en guise de conclusion

Prévue pour le printemps prochain, la troisième saison d'Ennemi public viendra clôturer la série. L'arrivée sur Netflix était donc l'occasion de boucler la boucle en beauté. "Dès le tout début, nous savions que la série allait se terminer au terme de la troisième saison. Pendant l'écriture de cette dernière, on s'est dit que c'était intelligent de terminer l'histoire sur Netflix. Dans un premier temps, les abonnés pourront profiter des première et deuxième saisons. Ensuite, ils pourront terminer la série avec la troisième saison qui sera au préalable diffusée sur Proximus, puis sur la RTBF."

Le pitch de cette dernière ? "Alors que Chloé cherche encore désespérément sa petite sœur Jessica, la police découvre la trace de Paul Van Acker dans une région que Béranger semble bien connaître. À Vielsart, Béranger joue au moine parfait. Mais, poussé par ses pulsions, il profite de chaque instant pour se rendre au village et y repérer qui, parmi les enfants, sera sa prochaine victime. Seul Lucas semble en mesure de le stopper, avant qu'il ne soit trop tard."

Le créateur rassure : l'arrivée sur Netflix n'a en rien modifié la façon dont l'histoire a été mise en musique. "On a continué à travailler comme d'habitude car on s'est dit que si la plateforme s'était intéressée à la série, c'était parce qu'elle la trouve séduisante comme elle est. Pourquoi changer dans ce cas ? Là où on a eu plus de liberté, c'est peut-être pour le minutage."

En plein montage de cette troisième saison, composée de six épisodes de 60 minutes, Matthieu Frances souhaite garder un peu de suspense pour le grand final. "Tout ce que je peux vous dire, c'est que cette troisième saison est celle où on va pleinement entrer dans la tête de Guy Béranger. On va essayer de comprendre comment il fonctionne et surtout, on va le voir sombrer de plus en plus", explique le créateur qui se dit "très fier" du chemin parcouru. "Ça fait dix ans qu'on travaille sur Ennemi Public. On est presque arrivé à la fin d'une magnifique aventure qui a lancé nos carrières à tous. On est évidemment triste de dire 'aurevoir'aux personnages mais quand de belles histoires se terminent, d'autres voient le jour."

La série en deuil

S'il a participé au tournage de la saison 3, Philippe Jeusette, interprète de Patrick Stassart, le patriarche du village, ne pourra malheureusement pas savourer l'arrivée d'Ennemi public sur Netflix. Et, pour cause, le Liégeois s'en est allé le 25 août dernier à seulement 56 ans. Une disparition qui a laissé toute l'équipe "sous le choc". "Je suis heureux qu'on ait fini l'aventure ensemble. C'est la meilleure saison de la série. C'est un vrai feu d'artifice. Mais je suis triste de savoir qu'il ne sera pas là pour la voir", confie, à la RTBF Clément Manuel, interprète de Lucas Stassart, qui considérait Philippe Jeusette comme un véritable frère. "C'était un grand ami et un des piliers de la série depuis le début", déclare, quant à lui, Matthieu Frances. "On est encore tous un peu dans la stupeur. On ne se rend pas compte qu'on va fêter la fin de la série sans lui. On lui rend un bel hommage avec sa prestation dans la saison 3. C'est une manière de le voir partir en souriant."