Déclaration de guerre aux chauves, des "moments de radio", Vizorek en caméo... : standing ovation pour Charline Vanhoenacker et sa nouvelle émission

Après l’arrêt polémique de leur émission quotidienne "C’est encore nous !", l’humoriste belge et ses acolytes faisaient leur rentrée dimanche 3 septembre en fin d’après-midi dans un nouveau format en public et durant deux heures. Ambiance.

Adrien Franque, pour Libération
Bruxelles - Seige IPM: Charline Vanhoenacker et Titiou Lecoq. A Bruxelles le 4 juillet 2023
©JC Guillaume

Il est 18 h 15, elle déboule sous les vivats du millier de personnes massées dans le grand auditorium de la Maison ronde. Ambiance de meeting électoral. Au pupitre, Charline Vanhoenacker, combinaison noire, prolonge l’impression politique : "Souvent, les grandes interviews du dimanche sont réservées aux leaders des partis, je pense qu’on peut considérer ce nouvel horaire comme une promotion !" C’est encore eux : après une fin de saison marquée par l’émotion entourant la décision de la directrice de France Inter, Adèle Van Reeth, d’arrêter leur quotidienne, la "bande à Charline" faisait son retour dimanche soir pour deux heures de grand barnum en direct et en public. Au rayon des phénomènes médiatiques de ces dix dernières années, l’émission satirique lancée en 2014 (et successivement baptisée Si tu écoutes, j’annule toutPar Jupiter ! puis C’est encore nous !) se pose là : pour beaucoup, elle a été un joyeux défouloir de retour du boulot, doublé d’un moyen tout sauf plombant d’appréhender l’actualité, notamment politique.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...