La comédienne, productrice et animatrice de télévision Ariane Carletti, l'une des figures du "Club Dorothée" et interprète du générique de dessins animés cultes comme "Dragon Ball", est décédée mardi à l'âge de 61 ans, a annoncé mercredi sa famille dans un communiqué.

"Ariane Carletti a consacré toute sa vie au spectacle et aux autres. Elle était devenue l'un des visages les plus populaires de la télévision française aux côtés de Dorothée", ont rappelé ses enfants Eléonore et Tristan, et son frère Denis, dans le communiqué annonçant son décès.

"Elle laissera un vide immense dans le coeur de sa famille, ses amis et tout ceux qui ont eu la chance de croiser sa route" ont-ils ajouté, précisant que ses obsèques se dérouleront dans l'intimité familiale.

"Nous sommes tous effondrés" par cette nouvelle, a réagi auprès de l'AFP le producteur Jean-Luc Azoulay, qui travaillait avec elle depuis des décennies.

"C'était quelqu'un de formidable, toujours enjouée. Elle luttait contre la maladie depuis plusieurs années et on pensait qu'elle allait pouvoir échapper à tout ça mais hélas, elle est partie...", a-t-il ajouté.

Fille d'un réalisateur et d'une actrice, Ariane Carletti fait ses débuts au théâtre dans les années 1970, puis se lance à la télévision en 1980, recrutée par Antenne 2 pour remplacer temporairement Dorothée.

C'est ainsi qu'elle intègre l'équipe de Récré A2 puis du Club Dorothée qu'elle coanime sur TF1. Deux célèbres émissions pour enfants devant lesquelles des générations de gamins français ont grandi.

Elle devient l'une des stars du "Club Do", indéfectible "bras droit" de Dorothée. L'émission lui permet aussi de faire une belle carrière d'interprète de chansons pour enfants, et c'est également à cette époque qu'elle signe les génériques de plusieurs dessins animés du Club Dorothée, comme les séries cultes "Dragon Ball" et "Dragon Ball Z", les "Bisounours" ou "Yakari".

Elle avait été la femme de Rémy Sarrazin, bassiste des "Musclés" (la bande de musiciens du Club Dorothée), une union dont sont nés deux enfants, Eléonore (comédienne connue notamment pour son rôle dans "Plus belle la vie") et Tristan.

Après l'arrêt du Club Dorothée dans les années 1990, elle continue à travailler à la télévision, au sein d'AB Productions, la maison de production de Jean-Luc Azoulay, où elle participe à plusieurs niveaux à de nombreuses émissions et projets, dont le feuilleton "Les mystères de l'amour". Elle avait également gardé un pied dans le théâtre.

De nombreux internautes ont réagi avec tristesse sur les réseaux sociaux, soulignant que c'est une part de leur enfance qui s'en va.

La bande du "Club Dorothée" a déjà perdu plusieurs de ses membres ces dernières années, dont le chansonnier François Corbier, décédé l'an dernier, le dessinateur Cabu (tué dans l'attentat contre Charlie Hebdo) et Claude Chamboisier (alias Framboisier), disparus en 2015, ainsi que l'ex-"Musclé" René Morizur (alias "Papy René") en 2009.




Jacky: "On savait qu'Ariane était malade depuis quelques temps"

Après Corbier en 2018, au tour d'Ariane du Club Dorothée de s'en aller. "Je suis vraiment triste..., nous confesse Jacky, son ancien acolyte du Club Dorothée, par téléphone. Voir tous ses anciens camarades partir, c'est triste. Je n'ai que des bons souvenirs avec elle, c'est quelqu'un avec qui j'étais très attaché, c'était même une amie. On a travaillé 20 ans ensemble, on a même travaillé une fois juste à deux au Club Dorothée donc voilà... c'est triste."

Si le communiqué de la famille ne révélait pas les circonstances de la mort d'Ariane survenue à 61 ans, Jacky nous signale qu'elle était atteinte d'une maladie, sans pour autant dévoiler laquelle par respect pour son amie. "Elle était malade depuis quelques temps, on le savait. On se voyait encore, on s'appelait. On était encore tous en contact. On s'y attendait plus ou moins avec sa maladie mais c'est toujours pareil... quand ça arrive, ça arrive et c'est bien triste..."

Jacky, qui continue toujours ses émissions (on l'a notamment vu cet été en radio en Belgique), ne comptait pas pour autant reformer la bande au succès phénoménal de jadis. "Personne n'avait envie de refaire ce qu'on avait fait. On l'avait bien fait. Le Club Dorothée est une émission qui a plus à beaucoup de gens mais il ne faut jamais revenir en arrière, ce n'est pas bien. On était d'ailleurs tous d'accord là-dessus."