Pendant des années, Armelle Gysen était une habituée des pages de Paris Match. Depuis 2010 cependant, c’était le silence radio. Après les joies de la télévision et la disparition de Jeff Bodart, son premier mari, elle a connu une nouvelle vie de couple qui lui a donné deux fils mais qui s’est aussi soldée par un divorce. Depuis, elle mène la vie courageuse de ces femmes seules, contraintes de porter plusieurs casquettes à la fois. Dans l’hebdomadaire, elle en explique les joies mais aussi les difficultés.

Elle raconte également cette terrible nuit de décembre dernier où elle a cru sa dernière heure arrivée. Quarante-huit heures à peine après avoir subi une intervention chirurgicale bénigne, elle explique l’insupportable douleur qui lui fait perdre connaissance, l’ambulance, les crampes qui amplifient et l’origine de cet enfer : un trou dans l’intestin et la bile, cette substance acide qui nous aide à réduire les aliments, qui se répand dans le diaphragme, brûlant les tissus de l’intérieur… On appelle cela une péritonite chimique et c’est très grave. Pendant trois jours, Armelle est restée dans un état critique sans certitude que les brûlures allaient cicatriser.

Aujourd’hui, celle qui s’est fait connaître au côté de Jacques Mercier avec l’émission Forts en tête est tirée d’affaire, même si à plusieurs reprises, elle a dû repasser par la case Urgences. Ce "crash médical" comme elle le désigne, le premier de sa vie, a laissé des traces, elle le confesse. Désormais, elle ne voit plus la vie de la même façon. Les priorités ne sont plus les mêmes, chaque instant est vécu pour ce qu’il est, le plus pleinement possible. Ces hauts et ces bas qui ont jalonné son existence et qu’elle détaille dans les pages de Paris Match, n’ont pas pour autant effacé de son visage ce sourire qui faisait partie intégrante de sa marque de fabrique. Les photos sont là pour le prouver.