Repoussée à deux reprises, la première réunion du nouveau conseil d'administration (CA) de la RTBF s'est tenue ce vendredi dès 9h.

Comme de coutume, les 13 administrateurs (4 PS, 4 MR, 2 Ecolo, 2 PTB et 1 CDH) avaient, notamment, la tâche de désigner leur nouveau président et c'est un administrateur Écolo qui a empoché la fonction : Baptiste Erkes.

L'Echo avait annoncé l'information ce jeudi soir mais il fallait encore attendre qu'elle soit officialisée par le vote du CA ce matin. C'est chose faite puisque Baptiste Erkes a été "élu à l'unanimité", selon une source proche du dossier qui précise qu'"un accord global sur plusieurs organismes de la Fédération Wallonie-Bruxelles est intervenu cette nuit."

Déjà observateur au sein du CA ertébéen ces cinq dernières années, Baptiste Erkes, 41 ans, est responsable de la communication du think tank Etopia. Il succède à Jean-François Raskin (cdH) qui est l'administrateur-général de l'Institut des Hautes Études des Communications Sociales (Ihecs). "Je suis très enthousiaste à l’idée de relever ce nouveau défi, et d’ainsi œuvrer activement, avec les membres du CA, au bon fonctionnement d’un outil aussi précieux et utile qu’est la RTBF. La culture, l’éducation aux médias, l’information de qualité, un service public moderne et capable de relever les défis liés à la nécessaire transformation digitale sont au cœur des missions de la RTBF, et il revient au conseil d’administration d’en assurer une gestion efficace et transparente, au bénéfice des citoyennes et citoyens", a-t-il déclaré dans un communiqué transmis par Ecolo. Écartés en 2014 du conseil, les écologistes reviennent en force puisque Murielle Frenay, conseillère provinciale à Liège, occupe également l'un des treize sièges autour de la table.

Dermine, Miller et Engel à la vice-présidence

En ce qui concerne la nomination des vice-présidents du ca, les deux premiers postes reviennent à Thomas Dermine (PS) et à Richard Miller (MR). Pour rappel, l'ancien ministre de la Culture et de l'audiovisuel (de 2000-2003) a longtemps été cité pour prendre la présidence.

Le troisième poste revient à Vincent Engel (candidat présenté par le PTB, l'écrivain et professeur à l'UCL dit siéger de son côté en tant qu'indépendant).

Le MR, dans un communiqué, a indiqué s'être opposé à cette nomination et a proposé de nommer Joëlle Milquet (CDH). "Sans préjuger de la qualité même de la personne, il nous apparaît déraisonnable d’élire à cette vice-présidence un membre d’un parti qui se revendique d’une doctrine qui n’a jamais brillé, loin s’en faut, quant à la défense de la liberté d’expression et la diversité d’opinions. Cette idéologie est plutôt connue pour avoir fermé des télévisions et des radios ou les avoir mises au pas", a déclaré Richard Miller dans un communiqué transmis par le MR. Le nouveau président du parti, Georges-Louis Bouchez, a embrayé: "Je ne peux comprendre que l’on puisse donner les clés d’un média public à un parti se revendiquant du communisme. Cette idéologie a montré son caractère liberticide. En tant que libéral, je serai toujours du côté de la liberté des médias et d’expression, et le MR n’a et n’aura pas la moindre complaisance à l’égard des populismes de gauche ou de droite." Vincent Engel a été désigné par 7 voix, contre 6. Joëlle Milquet est, quant à elle, nommée observatrice.

Pour rappel, le conseil d’administration de la RTBF est chargé de "veiller au respect de l’intérêt général, des lois, décrets, ordonnances et arrêtés, de la mission de service public, du contrat de gestion et de l’équilibre financier" du groupe audiovisuel public. Il établit un règlement d'ordre intérieur, approuve notamment le contrat de gestion de la RTBF, les comptes annuels de l’entreprise, la grille des programmes, définit sa politique générale ou encore établit des règles qui assurent l'indépendance des journalistes.