Médias & Séries

Ce mercredi 3 décembre, le roi Philippe passera un cap important de son règne. 500 jours où il est parti à la conquête de la confiance des Belges. 500 jours où il a démontré ses qualités de monarque. 500 jours où il a appris la fonction de chef de l’Etat, tout en poursuivant sa vie de famille. Après plusieurs mois d’un tournage jusqu’alors tenu secret, les quatre chaînes nationales belges reviennent sur les moments forts de ce début de règne.

Des images communes

Les rendez-vous sont pris : la RTBF proposera une émission spéciale de C’est du Belge sur La une à 18 h 25. RTL-TVI diffusera le documentaire Philippe, 500 ans de règne à 19 h 45. Les deux chaînes, ainsi que la VRT et VTM dévoileront ce soir les images tournées ensemble pendant sept mois. Durant cette période, les chaînes belges se sont relayées pour filmer le roi Philippe dans son intimité, au gré des propositions du Palais. " Dès qu’un événement royal était digne d’intérêt visuel, une des quatre chaînes était envoyée sur place et mettait ensuite les images à disposition des autres télévisions ", raconte Philippe Malburny, journaliste en charge de l’émission "C’est du Belge" encore en cours de montage, hier. Au total, une vingtaine de tournages ont été réalisés. Et le dernier en date remonte à quelques jours à peine, lors d’un briefing de la reine Mathilde avec un de ses collaborateurs. Une fois le tournage terminé, la liberté était donnée à chaque chaîne de mettre ce contenu en musique à sa sauce éditoriale.

Deux tons différents

A 18 h 25 précises, Barbara Louys et Gerald Watelet prendront l’antenne sur La une avec un "C’est du Belge" hors norme. Entourés d’invités comme Marlène de Wouters, auteure de reportages consacrés à la famille royale, ou Marc Deriez, rédacteur en chef de "Paris Match", ils lanceront le documentaire de 25 minutes "Philippe et Mathilde, 500 jours de règne". Un peu plus d’une heure plus tard, à 19 h 45, sur la chaîne privée, Alix Battard et Thomas de Bergeyck présenteront depuis le palais royal une émission de 72 minutes sur le même sujet. " Le documentaire explorera les différents aspects de la fonction royale ", annonce Stéphane Rosenblatt, directeur de l’information chez RTL. Côté RTBF, "l’objectif est d’emmener le téléspectateur dans l’envers du décor, en misant sur l’humain. On n’y verra pas que le Roi et la Reine, mais surtout Philippe et Mathilde" , réagit Philippe Malburny de la RTBF.

L’envers du décor royal

Dans "Philippe, 500 jours de règne" sur RTL, le téléspectateur verra la famille royale se balader à vélo ou visiter le fort de Loncin. Il découvrira la princesse Elisabeth studieuse à l’école. Il se souviendra du jour de l’intronisation du Roi depuis les coulisses de la presse. Et il suivra la reine Mathilde au fil de ses réunions. Le documentaire de la chaîne publique se divisera quant à lui en trois thématiques : le Roi, la Reine et la famille. "Le but est surtout de faire le bilan de ces 500 jours, avec les bons interlocuteurs. Le Roi a-t-il bien géré les élections ? Remplit-il bien sa fonction ? " explique Philippe Malburny. Le documentaire de RTL sera riche en images. Celui de la RTBF "privilégiera les images que personne n’a jamais vues" . Reste au téléspectateur à choisir sa chaîne.


Un embargo "respecté"

Rivalités. Ce week-end, la RTBF révélait l’heure de la programmation de son émission spéciale "C’est du Belge" : 18 h 25. Soit une heure avant la diffusion des mêmes images que RTL-TVI proposera à 19 h 45, comme annoncé depuis quelques jours. L’embargo initialement prévu à 20h a été déplacé finalement à 19h. C’est pourquoi La une a décidé de dévoiler ses images à 19 h précises, après une trentaine de minutes de plateau, tandis que RTL-TVI sera largement dans les temps pour montrer ces mêmes images. 

A ce jeu de bataille des horaires, Stéphane Rosenblatt, directeur de l’information à RTL, répond : "Il n’y a pas de polémique. Il y a eu un partenariat avec le Palais dans la transparence la plus totale. Les chaînes se doivent simplement de respecter l’embargo. Tant que celui-ci est respecté, libre à chacun de faire son choix éditorial." 

Et du côté de la chaîne publique, Bruno Deblander, directeur de la communication à la RTBF, réagit : "Nous nous sommes adaptés à la nouvelle règle, soit au nouvel embargo fixé à 19h, tout en ayant pour objectif de préserver notre rendez-vous d’information de 19 h 30."