Manipulation, trucage, tricherie… Les internautes ne décolèrent pas depuis vendredi dernier et l’élimination conjointe de Laetitia et de Vincent, le chouchou du public, dont les destins étaient liés. Le fait que Lucie a très opportunément trouvé une arme secrète capable de subtiliser un collier d’immunité au moment où il est joué ne passe pas.

Denis Brogniart puis la production ont été obligés d’intervenir pour tenter de ramener le calme, en expliquant que colliers et armes secrètes sont déposés sur le terrain de l’aventure avant que celle-ci ne commence. À défaut d’éteindre la polémique, cela en a réduit l’intensité.

Des secrets bien gardés

Dans le même temps, on apprenait cette semaine que des doublures sont utilisées sur les épreuves du jeu d’aventure. Des doublures ? Scandale ! À la tête d’ALP, la société qui produit Koh-Lanta, Alexia Laroche-Joubert et le réalisateur du programme, Julien Magne, s’en sont expliqués dans un entretien accordé à Puremédias. Et par la même occasion, ils ont levé  un coin du voile sur les coulisses de l’émission. Car malgré ses 20 ans d’existence, il règne toujours une grande part de mystère sur la manière avec laquelle l’émission est réalisée.

Dans cette interview, Alexia Laroche-Joubert rappelle que tout est fait pour que les candidats de Koh-Lanta oublient qu’il s’agit d’une émission filmée pour la télévision et garder un maximum d’authenticité. Autrement, les contacts avec des extérieurs sont limités au strict minimum. C’est ce qu’elle appelle le mythe du Robinson et il doit être présent dans l’esprit de tous, participants comme téléspectateurs. “Tout est fait pour que les aventuriers voient le moins de techniciens possible et leur interaction ne se fait qu’avec Denis Brogniart ou les journalistes présents sur le camp. Il y a des aventuriers et un arbitre dans Koh-Lanta. Et toutes les autres personnes présentes sur le tournage sont là uniquement pour rendre possible leur aventure et la raconter, dans l’ombre, en se faisant les plus discrets possible.”

© ALP/TF1

Les épreuves se déroulent en deux temps

C’est dans ce contexte qu’interviennent les doublures sur les épreuves. Car elles se déroulent en deux temps, explique Julien Magne : l’épreuve proprement dite, celle qui désigne le vainqueur, et, ensuite, une mise en scène pour tourner des plans larges, comme les prises de vues aériennes centrées sur l‘action des participants, par exemple. “Nous avons la position des aventuriers et ce qu’ils font et nous demandons à des doublures, qui sont également des testeurs, donc de même gabarit que les aventuriers, de refaire exactement ce que fait l’aventurier qu’il représente.”

Il n’y a donc aucune manipulation à ce niveau-là, juste une contrainte technique et logistique destinée à préserver l’isolement imposé aux candidats. En revanche, vous ne regarderez probablement plus jamais les épreuves de la même façon en fonction des plans qui apparaîtront à l’écran.