Médias/Télé

Netflix et le monde du cinéma peuvent commencer à trembler: à un prix très bas, Disney + proposera des films comme La Belle et le Clochard en même temps que la sortie en salle ! Deux milliards de dollars vont être investis dans les programmes d'ici 2024.

C'était attendu, Disney ne pouvait que frapper très fort avec le lancement de sa plateforme de streaming baptisée Disney +, dont la date de naissance est désormais programmée: le 12 novembre 2019. Mais personne n'avait imaginé l'ampleur de l'événement. Pour Netflix, Amazon, Hulu et compagnie, mais aussi pour le monde du cinéma, l'annonce faite par les pontes du studio aux grandes oreilles rondes tient véritablement du cataclysme.

Premier cheval de bataille: le portefeuille. Alors que les analystes de Wall Street tablaient sur un abonnement mensuel à partir de 8,99 $ pouvant grimper jusqu'à 12,99 $ pour la haute définition, Disney a frappé bien plus fort. Avec un abonnement à 6,99 $ par mois, ou annuel à 69,99 $, ce qui revient à 5,99 $ mensuellement ! Nettement moins cher que Netflix, le numéro un mondial du streaming actuellement. Aucun tarif n'a été précisé pour l'international, mais on peut s'attendre à ce qu'il soit aussi très bas chez nous.

Des nouvelles séries à la pelle

Le prix, c'est une chose, mais sans offre valable, il sera difficile de séduire les clients potentiels. Mais là aussi, les héritiers de Mickey ont eu la main lourde. En plus de la totalité du catalogue Disney et Fox (tout Marvel, l'intégralité des sagas Star Wars ou Indiana Jones), Disney + proposera dès le 12 novembre un nombre impressionnant de nouvelles séries. Deux seront issues de l'univers Star Wars. Tout d'abord, The Mandalorian, produite par Jon Favreau sur les mésaventures d'un chasseur de prime lors de l'émergence du Premier Ordre, l'autre, dont le titre n'a pas encore été précisé, sera centrée sur Cassian Andor, l'espion découvert dans Rogue One. Diego Luna reprendra d'ailleurs son rôle.

Mais ce n'est pas tout. Sont aussi annoncées des séries en dix épisodes sur la très populaire High School Musical ou encore Diary of a Female President sur une jeune émigrée cubaine amenée à occuper la Maison-Blanche.Cela ne suffit pas ? Les fans de Marvel vont pouvoir s'évader grâce à The Falcon and The Winter Soldier, WandaVision (saga dans laquelle Elizabeth Olsen et Paul Bettany reprendront leurs rôle d'Avengers) sou une autre série sur Loki, le frère maléfique de Thor, Le tout, sans oublier les nouvelles séries animées, comme Marvel What If ? qui explorera les origines des superhéros, Star Wars: The Clone Wars ou Monsters at Work, inspiré de Monstres et Cie. Sans oublier le fait que grâce à l'achat de la Fox, les Simpsons rejoignent l'écurie Disney et proposeront leurs nouvelles saisons sur Disney +.

La Belle et le Clochard en streaming le même jour que la sortie en salle !

En soi, ces annonces-là suffisent très largement à faire l'événement. Mais Disney a lâché une petite bombe en annonçant que le remake "live" de La Belle et le Clochard sortirait sur Disney + le 12 novembre, soit le même jour que sa sortie en salle. Cela n'a l'air de rien, mais pour les salles de cinéma, c'est une véritable catastrophe. Si tous les blockbusters sont disponibles immédiatement chez soi, la fréquentation des multiplexes devrait chuter dramatiquement et cela marquerait sans doute la fin de leur modèle économique

Sans préciser la date de sortie, il est déjà annoncé que toutes les nouveautés Disney de cette année se retrouveront exclusivement sur Disney +: Captain Marvel, Dumbo, Avengers: Endgame, Aladdin, Toy Story 4, Le Roi Lion, Maléfique 2, La Reine des neiges 2, Star Wars: Episode IX. Du très lourd, donc.

La responsable financière de Disney +, Christine McCarthy a annoncé des investissements à hauteur de deux milliards de dollars d'ici 2024. A cet horizon, l'objectif est d'attirer entre 60 et 90 millions d'abonnés. Histoire d'engranger les premiers profits à partir de 2023.

Chez nous début 2020

Des chiffres qui laissent pantois. La révolution du streaming est en marche. Mais nous devrons sans doute encore patienter un peu avant d'en profiter: le service ne sera disponible en Europe que début 2020.

© AP