L'information avait fait l’effet d’une bombe fin mars. L’Echo annonçait la mise en vente de RTL Belgium. “Spéculations” avait répondu le CEO Philippe Delusinne dans un message adressé à son personnel. “Une consolidation de l’industrie audiovisuelle européenne a du sens et nous passons en revue plusieurs options avec l’objectif de créer de la valeur pour nos actionnaires”, avait-il indiqué, tout en ajoutant qu’ “actuellement, il n’y a aucune certitude que cela conduise à une quelconque transaction.”

Un mois plus tard, le scénario de la vente est tout sauf de la fiction et les courtisans semblent nombreux à en croire L’Echo qui a fait le compte.

En Belgique

Sans surprise, Telenet et le groupe flamand DPG propriétaire de VTM, Het Laatste Nieuws, 7 sur 7..., sont de la partie affirme le quotidien économique et financier.

Les grands groupes estampillés presse écrite que sont IPM (La DH, DH Radio, La Libre Belgique, L’Avenir, Moustique, Paris Match, etc.) et Rossel (Le Soir, Sudpresse, Métro, etc.) sont également cités. A priori pas en solo mais en s'alliant , que ce soit avec DPG Medias ou Proximus. C'est qu'il faut avoir les reins solides pour se lancer dans l’aventure.

Plu surprenant peut-être, il se dit aussi que Philippe Lhomme, président de Déficom (Batibouw, Crazy Horse…) cherche des investisseurs pour mettre le grappin sur la structure belge de RTL. Déjà actionnaire de LN24, Besix serait intéressé...

À l'étranger

Encore faudra-t-il faire le poids face à d’éventuels prétendants venant de l’étranger. Parce qu’il y a du très lourd qui semble loucher sur RTL Belgium. TF1 par exemple, qui a déjà des vues sur M6 en vente en France et ferait partie de la demi-douzaine d’offres rentrées pour acheter la pépite française. Fort logiquement encore, Mediawan, propriétaire des chaînes AB, montre aussi un intérêt.

L’Echo cite aussi le québécois Quebecor, le groupe grec Antenna et l’américain Discovery Inc. (Discovery Channel, Eurosport, etc.), là aussi c’est du lourd.

Avec une dizaine de prétendants et une valorisation annoncée par L’Echo avoisinant les 250 millions d’euros, la maison-mère de RTL a de quoi se frotter les mains. Voilà qui explique peut-être pourquoi il n’y a pas eu vente groupée M6-RTL Belgium alors que le scénario paraissait fort logique tant la structure belge utilise déjà des concepts venus de sa cousine française.

Les offres pour le rachat de RTL Belgium sont à remettre pour la fin du mois, indique encore le journal économique.