Médias & Séries Avec 495 programmes inédits lancés aux États-Unis, 2018 est une année record. La barre des 500 devrait sauter l’an prochain.

"Sky is the limit" , affirment les Anglo-Saxons lorsqu’il s’agit de dire que les choses peuvent aller jusqu’à l’infini. L’expression convient à merveille quand il s’agit de décrire le phénomène de la télévision aux États-Unis, en particulier celui des séries. Car on n’en a jamais lancé autant qu’en 2018. Pas moins de 495 productions inédites ! C’est huit de plus que l’an dernier et surtout du jamais-vu !

Principaux artisans de cette méga productivité : les plateformes en ligne telles que Netflix, Amazon, etc. Pour la première fois, elles sont à l’origine d’un plus grand nombre de séries que les diffuseurs et autres câblo-opérateurs classiques, 160 contre respectivement 146 et 144. Alors qu’elles n’en produisaient que 33 voici quatre ans. Soit un bond de 385 % !

Et l’effort ne risque pas de se relâcher de sitôt. De nouveaux acteurs sont attendus sur le secteur, et non des moindres. À commencer par un géant aux grandes oreilles, puisque la plateforme Disney + verra le jour en 2019. Apple est aussi dans les starting-blocks avec son service de streaming.

Les observateurs semblent unanimes, le record établi cette année ne tiendra pas douze mois. Le cap des 500 nouvelles séries lancées sera franchi l’an prochain, n’en déplaise à John Landgraf. Depuis des années, le patron de la petite chaîne câblée FX crie au loup. Il met en garde le secteur contre la surchauffe qui menace. Selon lui, la production va plafonner - c’est le concept de Peak TV - avec toutes les conséquences qui suivront pour les opérateurs et les créateurs. Plus l’offre est pléthorique, plus nombre de programmes risquent de se perdre dans la masse. Mais il a beau répéter ses mises en garde à l’envi, rien n’y fait, chaque année le seuil de production augmente.