Ce jeudi, impossible de se connecter sur le site de l'Ina. Complètement saturé! Et on comprend la réaction des internautes face à cette petite révolution: l'Institut national de l'audiovisuel a ouvert ses archives au grand public.

100 000 programmes télé et radio, soit 10 000 heures, sont désormais accessibles en ligne sur le site www.ina.fr, dans le cadre d'une offre à 80 pc gratuite. En cherchant par mots-clés, par thèmes ou par genres, on trouve de tout: journaux télévisés, discours, émissions culturelles ou d'information, événements sportifs, concerts... qui se limitent toutefois au service public, pour des questions de droits. L'Ina annonce également des exclusivités, comme le procès Papon: 470 heures visibles dans leur intégralité en mai, à raison d'une audience par jour.

Quant à la partie payante du site, qui fonctionne sur le principe de la «video on demand» (VOD), elle concerne 20 pc des documents, considérés comme des oeuvres, les prix allant de 1 à 3 euros pour la location et de 1 à 12 euros pour l'achat.

Près de la moitié de la somme est reversée aux ayants droit, et un tiers est réinvesti dans la numérisation des archives. 5 000 nouvelles heures devraient d'ailleurs s'ajouter à ce fonds. Et notamment, dès septembre, des archives télé classées en fonction du programme scolaire.

N'offrant jusqu'ici que quelques vidéos et une liste de programmes accessible aux chercheurs et professionnels du secteur, l'Ina a pu sauter le pas grâce à une augmentation de son financement public de 22 pc, issue de la redevance.

© La Libre Belgique 2006