Jeudi soir, l'animateur de TPMP s'est attiré les foudres de la communauté LGBT suite à une blague de mauvais goût. Prenant une voix efféminée, Cyril Hanouna avait contacté en direct des jeunes hommes, pensant répondre à une simple petite annonce de rencontre. La conversation était en réalité écoutée en direct par plus d'un million de spectateurs.

"Dévasté"

Nicolas Noguier, président de l'association LGBTQ Le Refuge, raconte sur Facebook que l'un des membres a échangé " une grande partie de la nuit avec l'un des jeunes piégés ". La victime se dit " dévastée " et semble être dans " un état de détresse morale épouvantable ", selon lui. " Nous avons été fort démunis par ses pleurs et sa peu". Le jeune homme craignait notamment que ses proches ne l'aient reconnu. Certains piégés ont en effet donné leur profession ou leur nom de famille à l'antenne sans le savoir.

Harcèlement, première cause de suicide

Le responsable du Refuge s'inquiète pour la victime qui a appelé ce soir-là " Nous n'avons pas son numéro et ne savons pas ce qu'il est devenu ". Quatre fois plus de suicides sont répertoriés dans la communauté gay et lesbienne. Le harcèlement et la peur du regard des autres font partie des premières causes du suicide.

De nombreuses associations se battent quotidiennement contre l'homophobie et n'ont pas hésité à saisir le CSA. En réalité, pas moins de 17.800 plaintes ont été envoyées dès le lendemain à l'encontre d'Hanouna, un triste record jamais égalé. Le dépôt d'une plainte en justice est également envisagé.

Des personnalités comme Ismaël Saidi, réalisateur et scénariste belge, a déclaré dans un émouvant message Facebook la colère et la peine qu'une telle scène lui a inspirées, suite au suicide de l'un de ses amis homosexuels : "Cyril, tu es en train de tuer Amine une deuxième fois".


Hanouna clame son innocence

Cyril Hanouna s'est défendu ce week-end et menace de porter plainte contre le CSA. Il a insisté sur une possible maladresse. Ce n'est cependant pas la première fois que l'émission est accusée de propos homophobes ou sexistes.