ÉCLAIRAGE

Il y aura deux rentrées à la RTBF au cours des prochains jours. Sur les écrans et les ondes, bien entendu. Et, contrairement à la «non-rentrée» de septembre 2000, les nouvelles grilles offrent de réelles nouveautés. Mais il y a aussi, parallèlement, la rentrée des «autorités» de Reyers. Elle aura lieu jeudi prochain avec la réunion du conseil d'administration qui s'annonce sensible. Le CA devra en effet prendre attitude sur le projet de nouveau contrat de gestion de la RTBF prénégocié, ces tout derniers mois, avec le gouvernement de la Communauté française.

Face à la presse, jeudi, Christian Druitte n'a pu esquiver le sujet. Il l'a fait sans détour, à tout le moins sur «le» sujet qui avait crispé les esprits peu avant les vacances. A savoir: la nouvelle procédure d'attribution des projets d'émissions, dont ceux produits par les centres régionaux de la RTBF. Cette procédure - dont nous avons déjà abondamment parlé - ne fait manifestement pas le bonheur de tout le monde à Reyers. «Elle me paraît fort lourde», a tranché l'administrateur général en présence des directeurs régionaux ravis, on peut l'imaginer, de la prise de position publique adoptée par leur patron. M. Druitte pointe deux dispositions spécifiques: le délai minimum de deux mois - avant l'entrée en vigueur d'un nouveau programme - dans lequel le conseil d'administration devra être informé des choix arrêtés par la hiérarchie, d'une part, et la mise à l'écart des responsables de projets (donc, le cas échéant, d'un directeur de centre) lors de la sélection des productions, d'autre part.

Christian Druitte prédit qu' «il y aura encore débat» sur ce fameux article 2 du nouveau contrat lors du CA de jeudi prochain. Renseignements pris auprès de quelques administrateurs, on peut toutefois sérieusement en douter. Il est très vraisemblable que le projet de contrat adopté par le gouvernement Hasquin le 19 juillet sera adopté tel quel.

Le patron de la RTBF a égratigné une autre disposition du futur contrat: la suppression, à l'horizon de 2003, de tout écran publicitaire cinq minutes avant et après les émissions pour enfants. «J'espère qu'on se rendra compte qu'on ne peut pas discriminer la seule RTBF.»

La RTBF se pliera, en revanche, à la décision de monter sur satellite pour arroser l'Europe et le nord de l'Afrique de ses productions propres. «RTBF Sat» verra le jour pour la fin de cette année au plus tard.

© La Libre Belgique 2001