Suite à ses propos sur les violences policières dans "On n’est pas couché", Camélia Jordana crée la polémique et oblige le ministre de l’Intérieur à intervenir

Révélée en 2009 dans La Nouvelle Star sur M6 où la chanteuse a fini troisième, Camélia Jordana faisait partie de l’une des toutes premières invités de l’émission déconfinée et inédite de Laurent Ruquier, ce samedi sur France 2. L’objet du débat? Les violences policières, jugées trop nombreuses et surtout trop ciblées selon la lauréate d’une Victoire de la musique en 2019 (pour son album Lost). “Ils sont censés nous protéger, mais il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic, et j’en fais partie. Quand j’ai les cheveux frisés, je ne me sens pas en sécurité face à un flic en France.” Et si le chroniqueur de Laurent Ruquier a rejoint son avis, Philippe Besson a tout de même souhaité parler des violences de certains manifestants. “Je ne parle pas des manifestants, rétorque alors l'artiste de 27 ans. Je parle des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue et qui se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau. C’est un fait.”

Des propos qui ne sont pas passés inaperçus sur Twitter. Si certains l’ont jugée “magistrale” ou ravi de voir enfin quelqu’un “qui tire à balles réelles”, d’autres taclent de plein fouet celle qui avait remporté le César du meilleur espoir féminin en 2018 pour son rôle dans Le Brio d’Yvan Attal. “Témoignage consternant d’une ‘nouvelle star de la bêtise’qui démontre en deux minutes la pauvreté de sa pensée, accompagnée d’arguments scandaleux et calomnieux, le tout sur le service public”, peut-on notamment lire sur le compte du Syndicat des commissaires de la police nationale.
Votre discours démago montre une méconnaissance de notre métier et se base sur une mode qui tend vers la détestation des #policiers”, écrit ainsi un policier. “Votre sentiment d’insécurité repose-t-il sur une expérience personnelle malheureuse ou sur les clichés et préjugés que vous ne cessez de véhiculer tout au long de cette séquence sans jamais concéder la moindre qualité à la #Police” glisse cette femme de flic.

Le ministre de l’Intérieur condamne fermement

“Arrête ton hypocrisie Camélia Jordana, c’est juste de l’opportunisme, peut-on encore lire parmi les messages d’internautes choqués. Ca tourne un film avec Fourest qui nie le racisme qu’elle appelle victimisation et après tu viens nous sortir les violons sur ton statut de femme racisée victime de contrôle aux faciès !!”, peut-on encore lire sur Twitter. Ou encore “que la bêtise est pénible lorsqu’on lui offre une tribune ! @Camélia_Jordana ou cette tendance insupportable de certains à croire que leur ressenti personnel est forcément une vérité générale ! 99 % des policiers sont exemplaires, mais elle ne voit que les 1 % de racistes.”

D’autres taclent aussi On n’est pas couché, qui s’arrêtera en juin après 14 ans d’antenne. “Marre des people qui, pratiquant, l’entre soi, font de l’auto promotion en insultant les #policiers. D’autant plus quand on est issu d’un milieu bourgeois et qu’on a jamais mis un pied dans un quartier populaire. Pas étonnant que #ONPC coule en termes d’audience.”
Si beaucoup dénoncent les propos de Camélia Jordana, l’affaire enfle jusqu’aux sphères du pouvoir. En effet, Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur français en personne a tenu à réagir fermement. “Non Madame, ‘les hommes et les femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue’ne se font pas ‘massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau’." Très remonté, il a conclu par ceci. “Ces propos mensongers et honteux alimentent la haine et la violence. Ils appellent une condamnation sans réserve.”