C'est Emma Corrin, une actrice de 24 ans jusque-là inconnue, qui s'est glissée dans la peau de la jeune Diana, imitant sa voix douce et son regard timide sous une épaisse frange. Interpréter celle qui deviendra la très populaire "princesse du peuple", ça met "énormément de pression", a-t-elle confié au Sunday Times.

Elle la campe en adolescente naïve puis en fiancée esseulée, qui trompe l'ennui en faisant du patin à roulettes dans les couloirs du palais de Buckingham. Jeune mariée angoissée, elle est en proie à des crises de boulimie.

Diana Spencer venait d'avoir 20 ans quand elle a épousé le prince Charles, en 1981. Ayant dépassé les 30 ans et toujours célibataire, le fils aîné d'Elizabeth II était prié de se trouver une femme pour assurer la succession du trône.

Malgré ses doutes, il consent à épouser Diana, mais reste épris de son amour de jeunesse Camilla.

L'enfant et le jeune homme sensible et incompris dépeint dans les précédentes saisons laisse la place à un époux froid et infidèle, reprochant à sa jeune épouse sa "fragilité".

Charles "a probablement été parfois un peu insensible mais je ne crois pas qu'il ait jamais été arrogant ou indifférent, je crois qu'il a vraiment essayé que son mariage marche", relativise Penny Junor, autrice de la biographie "Charles, Victim or Villain", interviewée par l'AFP.

"Couple mal assorti"

De son côté, Diana était une fille "très abîmée" par son enfance: "sa mère a quitté la maison quand elle avait six ans et elle a grandi en ne se sentant ni aimée ni désirée", raconte Penny Junor. "C'était un couple très mal assorti", résume-t-elle.

Le délitement de leur union, sur fond d'infidélités, et les interviews-confessions données par Lady Di ont fait scandale et continuent de faire du bruit.

Le patron de la BBC vient d'annoncer une enquête indépendante sur les pratiques d'un journaliste du groupe audiovisuel public, Martin Bashir, qui avait obtenu une interview retentissante de Diana en 1995.

Selon le frère de Lady Di, Martin Bashir avait produit des faux documents pour convaincre Diana de participer à cet entretien, dans lequel elle avait lancé avec fracas: "Nous étions trois dans ce mariage, cela fait un peu trop de monde".

"Elle voulait blesser Charles mais c'était aussi une femme très fragile. Et je pense que beaucoup de gens l'ont exploitée à leurs propres fins, y compris la BBC", estime Penny Junor.

Ce trio amoureux est l'une des intrigues de la saison 4 qui explore la fin des années 1970 et les années 1980 au Royaume-Uni, période émaillée de violences, entre l'assassinat en 1979 par l'organisation paramilitaire IRA de Louis Mountbatten, grand-oncle et mentor du prince Charles, et la guerre des Malouines en 1982.

Un épisode est aussi consacré à l'incroyable incursion au Palais de Buckingham d'un homme de 33 ans, Michael Fagan, frustré d'être au chômage et séparé de sa femme. Il avait réussi à s'introduire dans la chambre d'Elizabeth II, réveillant la monarque qui n'a pas perdu son légendaire sang froid.

Elizabeth II est interprétée par Olivia Colman, Oscar de la meilleure actrice pour "La Favorite" en 2019. Pour la cinquième saison, l'actrice cédera sa place à sa compatriote Imelda Staunton, la cruelle Dolores Ombrage dans la série de films Harry Potter, qui campera une reine plus âgée.

L'Américaine Gillian Anderson joue quant à elle l'inflexible Margaret Thatcher, première femme à accéder au poste de cheffe du gouvernement britannique, dans cette saison dont les femmes sont les principales protagonistes.

Succès critique et populaire, "The Crown", dont la première saison a été diffusée en 2016, a remporté plusieurs récompenses dont trois Golden Globes et dix Emmy Awards, les récompenses de la télévision américaine. Soixante-treize millions de foyers dans le monde ont regardé au moins une partie de la saga, indiquait en janvier Ted Sarandos, directeur du contenu chez Netflix.