Le quotidien Le Figaro a été condamné à verser un euro de dommages et intérêt à Emmanuelle Béart pour avoir imputé à tort à la comédienne française d'être exilée fiscale en Belgique sur le site internet du journal, selon un jugement consulté mardi par l'AFP. Le 9 septembre 2012, le quotidien français avait publié sur son site une galerie photo de personnalités intitulée "En images - Artistes, sportifs ou patrons ont en nombre élu domicile dans des contrées fiscalement plus favorables, comme la Suisse, la Belgique, les Etats-Unis ou encore l'Angleterre".

S'y trouvait une photo de la comédienne, accompagnée d'un commentaire affirmant qu'elle avait "choisi de s'installer en Belgique".

Deux jours plus tard, le site avait publié un démenti de l'actrice, qui avait néanmoins saisi la justice.

Dans un jugement rendu le 4 décembre, le Tribunal de grande instance de Paris a retenu l'atteinte à la vie privée et à son droit au respect de son image.

Le tribunal souligne que "l'information litigieuse est insuffisamment sérieuse et vérifiée pour pouvoir être justifiée par la légitimité du débat d'intérêt général" sur l'exil fiscal.

Outre l'euro de dommages et intérêts, il a alloué à Emmanuelle Béart 2.000 euros au titre des frais de justice et la publication sur le site du Figaro d'un communiqué judiciaire relatant la décision pendant dix jours.

"Cette rumeur infondée a été démentie à plusieurs reprises par la comédienne de sorte que rien ne justifiait sa diffusion sans aucune précaution ni vérification et sa mise en avant par une photographie la représentant", a relevé l'avocat d'Emmanuelle Béart