Fin du très relatif suspense: les lofteurs ont quitté hier soir leur cage de la Plaine-Saint-Denis. Karine et Thomas en sont ressortis plus riches qu'à leur arrivée. Au terme de 84 jours d'épreuve, les deux vainqueurs empochent la rondelette somme que leur alloue la production: 500000 € à se partager, mais surtout à investir dans un bien immobilier.

Quoi qu'il en soit, l'unanimité est pour une fois totale autour de la seconde édition de `Loft Story´: elle aura moins déchaîné les passions que l'édition 2001. Angela et les autres auront moins fait parler la poudre; tout cela s'est avéré terriblement édulcoré, malgré une première émission (le 11 avril) qui avait fortement orienté les débats sur le sexe. Si on se réfère au tapage provoqué en 2001, `Loft Story 2002´, creux jusqu'à la moëlle, n'a rien d'un grand cru. La sanction par les chiffres: malgré un excellent départ le 11 avril (8200000 téléspectateurs), M 6 est restée très en-deça de ses résultats de 2001: un bon million et demi de `voyeurs´ en moins en moyenne pour les `primes´ du jeudi, en érosion progressive jusqu'au 27 juin dernier (le score le plus bas: 21,7pc de part de marché). Bilan autrement positif en Belgique: Club RTL s'est félicitée durant ses douze semaines de ses audiences `loft´, qui lui ont très largement permis de booster ses soirées du jeudi: environ 20pc de parts de marché.

La grande affaire du `Loft2´ est publicitaire. Dès avant le lancement de l'émission, les annonceurs se sont précipités sur la balle, de façon à faire grimper les investissements pub de 9,2pc par rapport à 2001, alors que les spots se négociaient 60000 € les 30 secondes pour les soirées du jeudi. Idem pour Club RTL, qui a vu ses rentrées grimper de façon astronomique. Des suites? Le relatif échec en matière d'audiences pour M 6 - relatif parce que la chaîne continue à dépasser, et de loin, ses chiffres habituels - pourrait l'inciter à revoir ses batteries, et à ne plus miser sur l'avatar français de `Big Brother´ pour une troisième saison. Ce qui signifierait qu'on en resterait là aussi pour Club RTL, incapable de produire à elle seule un aussi coûteux programme.

Quoi qu'il en soit, cheval de Troie de la télé-réalité, le `Loft´ aura permis d'introduire le concept en Belgique francophone, amorçant ainsi la pompe pour un `Star Academy´ belge, en préparation sur la chaîne.

© La Libre Belgique 2002