Médias/Télé

Les événements se bousculent au Matin. Jeudi, on a eu connaissance de deux changements dont les conséquences pourraient être importantes pour notre confrère. Le premier concerne directement le quotidien progressiste puisqu'il s'agit du départ du rédacteur en chef, Fabrice Jacquemart; l'autre, plus lointain en apparence, touche à Georges Ghosn, l'actionnaire français du titre.

M.Jacquemart a donc décidé de jeter l'éponge. Un départ prévu et concerté, assure l'intéressé, lequel avait déjà exprimé le souhait de changer de cap au printemps dernier. Les chamboulements autour de l'actionnariat du journal - avec l'arrivée, en particulier, de France Soir et de la Région wallonne - le décidèrent néanmoins à poursuivre l'expérience entamée deux ans plus tôt.

Fabrice Jacquemart conteste que son départ se fasse sous l'effet d'une quelconque pression. Je suis un peu au bout de rouleau, c'est tout. J'avais d'ailleurs pris la décision de partir en juin, confie-t-il. M.Jacquemart défendra, dorénavant, les intérêts de la Centrale des métallurgistes de la FGTB liégeoise.

Dans l'immédiat, c'est Jean-Pierre Désiron, rédacteur en chef adjoint, qui prendra le relais. Nous entrons dans une période de transition que je souhaite la plus courte possible, dit-il. Et s'il n'est pas candidat au poste de rédacteur en chef, M.Désiron ne refusera pas une offre éventuelle Mais il faudra que tout le monde se parle, qu'on confronte les idées, pour voir où on va.

GHOSN PASSE LA MAIN!

L'interlocuteur de Jean-Pierre Désiron sera-t-il encore, demain, Georges Ghosn, administrateur délégué du Matin ? Rien n'est moins sûr. L'obscur homme d'affaires franco-libanais a en effet surpris - une fois de plus! - tout son monde, hier, en cédant le contrôle de Presse Alliance, la société éditrice du quotidien France Soir que M.Ghosn avait rachetée pour le franc symbolique en 1999 au groupe Hersant.

Moins de deux ans après son acquisition, Georges Ghosn s'est retrouvé dans l'incapacité de financer une recapitalisation du quotidien parisien. Il a dès lors décidé, ni plus ni moins, de céder toutes ses actions - pour le franc symbolique, rapportait hier l'AFP - au groupe de presse italien Poligrafici Editoriale. Ce dernier possédait déjà 35pc de Presse Alliance. Poligrafici s'est engagé à procéder à une augmentation de capital à hauteur de 80 millions de francs français. Le groupe publie notamment les quotidiens régionaux Il Resto del Carlino, La Nazione et Il Giorno.

Le changement de propriétaire à la tête de France Soir concerne directement Le Matin. C'est en effet par l'intermédiaire de Presse Alliance qu'au début de cette année, Georges Ghosn était venu à la rescousse du quotidien liégeois. On se souviendra que l'arrivée de M.Ghosn - à concurrence d'environ 35pc du capital - avait provoqué de sérieuses réserves dans les rangs du gouvernement wallon. Moyennant une série de garanties, la Région avait néanmoins accepté de s'associer au patron nébuleux de France Soir.

Que compte faire Poligrafici Editoriale du Matin ? Hier soir, personne n'était en mesure d'apporter le moindre début de réponse. Jean-Luc Mano, rédacteur en chef de France Soir, nous a tout juste précisé que la question du Matin n'avait pas été abordée lors des négociations avec Poligrafici Mais, de facto, le groupe italien est bien aujourd'hui actionnaire du Matin.

© La Libre Belgique 2000