C’est peu dire que Nicolas Jean, scénariste principal de la série HPI, est excédé. Entendre Audrey Fleurot pavoiser et s’approprier ce qui fait le sel du programme lui va loin. Il l’a confié dans Le Point Pop.

Il est vrai que le personnage de Morgane Alvaro qu’incarne l’actrice fait mouche auprès des téléspectateurs. Cette mère célibataire et femme de ménage à haut potentiel intellectuel qui devient consultante de la police de Lille a tout pour séduire. Les audiences historiques de TF1 le prouvent. Le 29 avril, pour son lancement, HPI a rassemblé 9,3 millions de curieux, soit près de 40 % de parts de marché. C’est énorme ! De quoi faire tourner les têtes, aussi. Et c’est ce que Nicolas Jean semble reprocher à celle qui joue le personnage qu’il a imaginé.

© Philippe Le Roux/Itinéraire Productions/TF1

"J'ai demandé à participer à l'écriture"

“Cela fait longtemps que je voulais créer un personnage qui lui ressemble, un personnage qui vive dans un monde qui ne lui est pas adapté”, a-t-il confié en faisant référence à son propre fils diagnostique HPI, à Haut Potentiel Intellectuel. Il a manifestement parfaitement cerné la question et réussi son coup. Et il ne digère pas trop qu’Audrey Fleurot dise avoir contribué façonner Morgane Alvaro et même lui avoir donné l’envergure qu’elle affiche à l’écran.

Le mois dernier, dans les pages de La Voix du Nord, elle affirmait : “J’ai lu un premier projet qui ne m’enthousiasmait pas mais le personnage m’est resté… Elle faisait écho à plein de choses, et je sentais que je pourrais me l’approprier et en faire un peu mon clown.” Et d’ajouter : “Je voulais l’emmener vers la comédie, ce qui n’était pas prévu au départ. […] Je leur ai dit : ‘Ce personnage me botte, il me reste en tête, je pense que je ferais ça bien… mais je veux que les enquêtes soient bien ficelées.’ Et j’ai demandé à participer à l’écriture.”

© Philippe Le Roux/Itinéraire Productions/TF1

“On ne sait même pas à quoi on a servi”

De quoi faire bondir Nicolas Jean qui a tenu à remettre les pendules à l’heure, même s’il confie ne pas avoir d’animosité envers la comédienne. “Nous, quand on tourne, les textes sont hyperverrouillés avec les acteurs, le réalisateur et la chaîne. Si vous l’écoutez, elle a tout fait. On ne sait même pas à quoi on a servi ni ce qu’on a foutu pendant deux ans. Je ne lui en veux pas. Quand on choisit d’être comédien, c’est parce qu’on aime être dans la lumière. Ce n’est pas la première fois qu’on me la fait celle-là, et sûrement pas la dernière.” Il sait de quoi il parle, lui qui a également scénarisé le feuilleton Demain nous appartient, aussi diffusé sur TF1.

Chacun va pourtant devoir mordre sur sa chique car HPI ne se limitera pas à une saison. La seconde est déjà en phase d’écriture indique La Voix du Nord.