Décidément, jusqu’au bout Jean-Marie Le Pen souhaitera faire parler de lui.

Alors que depuis des années maintenant, sa fille Marine tente de « dédiaboliser » le Front National, voilà qu’à quelques jours des élections, son père se rappelle au bon souvenir des médias.

Interrogé lors d’un meeting de sa fille à Paris ce 17 avril par LCP, le président d’honneur du FN a d’abord moqué le « bobo » qui se « porte plutôt à gauche » et « est poilu de la gueule ». « C'est la mode musulmane (...) comme ça, ça vous fait prendre pour un FLN [Front de Libération National] » s’est-il amusé sous les éclats de rire de ses voisins.

Et puis, il y a le président aussi, Nicolas Sarkozy dont il n’hésite pas à associer les initiales (NS) au « National Socialisme », et le meeting de la Concorde de ce dimanche aux rassemblements de Nuremberg organisés par les nazis dans les années trente.

Il n’y a aucun doute, tout cela a dû enchanter ceux qui s’échinent depuis des années à lisser l’image du FN. Ce 20 avril d'ailleurs, au micro de RMC-BFMTV, Marine Le Pen a vu dans les propos de son père une "mauvaise blague". "Quand Jean-Marie Le Pen fait une blague, vous avez le droit de la trouver mauvaise. Moi-même je la trouve mauvaise" a dit la présidente du FN.

« J'ai bien vu votre petit air pincé ! »

De son côté, la journée d'hier n'avait pas commencé sous les meilleurs auspices pour Marine Le Pen. Invitée ce jeudi sur France Inter par Pascale Clark, la candidate pouvait proposer une chanson et avait choisi "Jeanne" de Laurent Voulzy.

Au terme des ultimes notes, c'est Pascale Clark qui prend la parole et cite l'extrait d'une autre chanson, "Belle-Île-en-Mer" : « En France, violence. Manque d'indulgence par les différences que j'ai. »

Alors que tout le monde clôture l'interview, Marine Le Pen reprend le micro pour interpeler la journaliste : « La manière dont vous balancez votre petite vanne à la fin, ça veut dire quoi ? Ca veut dire que vous m'accusez de quoi ? J'ai bien vu votre petit air pincé ! » s'indigne la candidate. « Le monde entier est contre vous ! » ironise alors Pascale Clark. « C'est juste les paroles que je rappelle !. » Pas sûr que cela réconcilie le FN et les médias...