La RTBF propose un film captivant sur une dynastie fracassée. La une, 20 h 55.

Conquérant - ou colon, c’est selon - sous Léopold II ; général sous Albert Ier, l’homme d’affaire wallon Edouard Louis Joseph Empain a bâti un véritable empire. Né au XIXe siècle d’un père instituteur originaire de Beloeil, Edouard Empain est un "self-made-man", un visionnaire à l’origine - en partie - du chemin de fer congolais, du tramway belge, du métro parisien et d’une ville en Egypte (Héliopolis).

Sa dynastie, toutefois, s’écroule avec son petit-fils, le baron Edouard-Jean "Wado" Empain. A la tête du groupe Schneider, fleuron de l’industrie nucléaire française, il est enlevé en 1978 en plein Paris. Séquestré, mutilé, sa vie privée est étalée au grand jour. Une épreuve dont il ne se relèvera pas, professionnellement tout du moins. Entre les deux générations, "se succéderont un baron jouisseur, un second en quête de sainteté [et], un troisième humilié et offensé", indiquent les réalisateurs, Tanguy Cortier et Alice Gorissen.

Face à leurs caméras, Edouard-Jean "Wado" Empain évoque l’histoire d’une dynastie fracassée, à travers celle du capitalisme.

Rendre honneur

"Quand ce film sera diffusé, on va peut-être m’interroger sur mon grand-père plutôt que sur mon enlèvement ou sur la douleur que j’ai ressentie quand on m’a coupé le doigt, espère le baron Edouard-Jean "Wado" Empain. La famille Empain, c’est tellement d’autres choses que ce fait divers. J’ai en quelque sorte accaparé l’histoire de ma famille. C’est ma manière de leur rendre justice."

Sélectionné au Festival international du film d’histoire de Pessac, Les barons Empain. La dynastie fracassée H H H s’inspire de l’ouvrage d’Yvon Toussaint, journaliste et écrivain aujourd’hui décédé. "Tant dans ce film que dans le livre, on n’a fait aucune espèce d’erreur, poursuit le baron. Un travail d’archives impressionnant a été effectué mais Yvon Toussaint avait une opinion qui était que les barons Empain étaient de drôles de zigotos. Ce qui n’est peut-être pas tout à fait faux…"

Sensibilités françaises

Aboutissement de plusieurs années de recherches, le film a "usé de nombreux producteurs, reconnaît Tanguy Cortier. Il y a très peu d’archives et celles qui existent encore sont éparpillées. […] Aussi, Arte et France 3 sont coproducteurs et on a dû remettre de nombreux scénarios ainsi que des versions différentes, plus courte pour France 3 notamment qui a préféré se concentrer sur l’histoire familiale." La France, en effet, ne porte pas nécessairement le même regard que la Belgique sur la dynastie Empain. Contre l’avis de Matignon et de l’Elysée, le baron s’est emparé du groupe Schneider. Par le biais de Westinghouse, le groupe contrôlait un domaine aussi sensible que le nucléaire, c’est-à-dire plus des trois quarts du potentiel énergétique de la France d’aujourd’hui.

Agréablement mis en scène, bien documenté, le documentaire "Les barons Empain. La dynastie fracassée" évoque essentiellement les rapports d’amour et de haine qui ont désuni trois générations et abouti à la disparition d’un empire. Il n’a pas vocation à l’exhaustivité mais n’en demeure pas moins une porte d’entrée didactique et particulièrement captivante dans l’histoire de la Belgique.