Machiste, sexiste, navrant, dégueulasse, ... Voici un exemple des nombreuses réactions qui circulent sur Twitter depuis hier après-midi lorsque la couverture de l'hebdomadaire L'Express a été révélée. Le « pauvre » François Hollande se retrouve désarçonné face aux « chipies» qui l'entourent. Le titre du magazine, « Ces femmes qui lui gâchent la vie », a fait l'effet d'une bombe et les réactions pleuvent sur Twitter. Parmi ces personnes jugées « trop encombrantes » dans l'entourage du président français, on retrouve sans surprise Ségolène Royal et Valérie Trierweiler. Mais aussi les visages de trois femmes qui lui ont déjà mis des bâtons dans les roues: Martine Aubry, Cécile Duflot et Angela Merkel. La toile s'enflamme. Parmi les réactions, celle de la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem: « L'Express met 5 femmes en Une. On aurait pu s'en réjouir. Ce n'est pas le cas ». (ce tweet a été corrigé, car nous avions publié un tweet erroné ce mercredi de propos jamais tenus par la ministre française).

Face à ces accusations de « machisme », le directeur de la rédaction de L'Express, Christophe Barbier, se défend sur leparisien.fr. Il soulève les problèmes d'autorité d'un président qui a du mal à « travailler avec les femmes qui l'entourent ». Il explique que cette Une est « tout sauf misogyne ». Le chef du magazine de la féministe Françoise Giroud ajoute que si peu de femmes ont décroché des postes importants au gouvernement Hollande, elles lui donnent tout de même du fil à retordre.

Sexiste ou réaliste? Cette Une aura en tout cas le mérite de s'interroger sur le manque de fermeté qui est de plus en plus reproché à François Hollande.