Les plaintes contre la communication publicitaire de Bicky Burger ont été déclarées fondées, annonce mardi le Conseil de la Publicité qui rassemble tous les métiers de la communication et organise notamment l'autodiscipline publicitaire en Belgique au travers du Jury d'Ethique Publicitaire (JEP).

Depuis le 8 octobre dernier, "le JEP a reçu près de 700 plaintes concernant une communication diffusée via Facebook de la société néerlandaise GoodLife Foods B.V. pour la marque Bicky Burger", peut-on lire dans le communiqué.

Le JEP a transféré ce dossier à ses collègues hollandais du Stichting Reclame Code, conformément à la procédure relative aux plaintes transfrontalières de son organisation européenne EASA (European Advertising Standards Alliance).

Même si la communication litigieuse a été rapidement retirée par l'annonceur lui-même, "la décision prise reste importante dans la mesure où elle rappelle que les pratiques publicitaires ont des limites sur le plan éthique et légal", précise le Conseil de la Publicité. Sa directrice, Sandrine Sepul, complète: "C'est une campagne qui - à juste titre - a suscité une grande indignation parmi le public, les pouvoirs publics et le secteur de la publicité lui-même. Cependant, le système d'autodiscipline en matière de publicité a une nouvelle fois démontré son efficacité et sa fermeté en condamnant rapidement et clairement la communication en question. Quoi qu'il en soit, nous continuerons, avec nos membres, à tendre vers les standards éthiques les plus stricts en matière de publicité".

Publiée le 8 octobre sur la page Facebook de Bicky Burger, l'image montrait un homme frappant une femme car elle ramenait un "faux" Bicky Burger. La publication, qui avait essuyé un déluge de critiques, avait finalement dû être retirée quelques heures plus tard.