Médias/Télé

Le journaliste quittera RTL pour prendre les rênes de la chaîne d’info en continu, dès juillet prochain.

Devenir patron d’un grand média, il en rêvait depuis dix ans. Marc-Olivier Fogiel prendra, en juillet prochain, la tête de BFMTV, la première chaîne d’information en continu de France. Il remplacera à ce poste Hervé Béroud, qui deviendra directeur général délégué, en charge de l’information et du sport de Altice Média, chapeautant ainsi la plupart des médias du groupe (RMC, RMC Sports).

Au jeu des chaises musicales, Marc-Olivier Fogiel lâche la tranche du 18/20h de RTL au profit de Thomas Sotto. Ce dernier continuera de co-animer avec Léa Salamé L’émission politique sur France 2 et restera le joker de Laurent Delahousse sur le 20 heures du week-end.

De son côté, Marc-Olivier Fogiel, qui fut tour à tour animateur, producteur et journaliste, a expliqué sa décision au Figaro mercredi : "Je vais avoir 50 ans dans deux mois et après 11 années consacrées à l’information au quotidien chez Europe 1 et RTL, comme je l’ai toujours fait, j’ai eu besoin de continuer à évoluer pour ne pas rester dans le confort et la rente. Prendre la direction générale du premier média d’information en continu est un nouveau challenge. Du temps de PAF Presse, j’ai déjà dirigé une équipe de 100 personnes. Aujourd’hui, je sens que j’ai la maturité suffisante pour diriger une rédaction de 250 journalistes", a-t-il ajouté.

Redorer l’image de BFMTV

En prenant ce poste de direction, il a accepté de "tourner la page" de sa "présence à l’antenne". Le journaliste ne pourra donc plus présenter son magazine, Le Divan, sur France 3 le vendredi soir à la rentrée.

En prenant les rênes de BFMTV, Marc-Olivier Fogiel aura notamment pour mission de redorer le blason de la chaîne info aux yeux des Français. Si la crise des "gilets jaunes" a permis à BFMTV de battre des records d’audience (plus de 20 millions de téléspectateurs lors des manifestations les plus dures), la chaîne a également subi, régulièrement, les huées des manifestants et les critiques des politiques, qui lui reprochaient ses longues retransmissions en direct des manifestations. Ce fut l’occasion d’une remise en cause du traitement de l’information par une rédaction sous pression, qui déboucha sur la signature par la chaîne d’une charte de déontologie ("Les 50 engagements de BFMTV" sont consultables en ligne sur bfmtv.com).

À charge maintenant pour Marc-Olivier Fogiel de donner un nouveau souffle à BFMTV sans renier pour autant son ADN : le direct. L’ex-animateur d’On ne peut pas plaire à tout le monde est enthousiaste : " La chaîne a toujours su innover et se renouveler tout en gardant ses piliers du début comme Jean-Jacques Bourdin, Ruth Elkrief et Christophe Delay. L’équipe est solide, crédible et elle n’est pas usée", a-t-il précisé.