Après moult rebondissements et près de quinze ans de mise au placard, le journal d'opinion Le Peuple va renaître de ses cendres. La Cour d'appel de Bruxelles a rendu son arrêt mercredi et celui-ci donne raison à Mischaël Modrikamen, qui avait racheté la marque en octobre 2010, suscitant des vagues de protestations.

Les choses ne vont pas trainer puisque dès ce mardi 26 mars, Le Peuple sortira sous la forme d'un journal en ligne gratuit. Le site sera notamment composé, quotidiennement, de sept à huit articles "de curation" (pratique qui consiste à sélectionner et éditer des contenus provenant d'autres médias). "J'ai obtenu les accords de sites français proches de nos valeurs conservatrices, comme Atlantico, Boulevard Voltaire, Nouvelles de France ou encore Contrepoints", explique, à LaLibre.be, le président du Parti populaire.

Quelques journalistes professionnels, travaillant pour d'autres groupes, vont également fournir un ou deux articles par jour. Signés de leur nom ou usant d'un pseudonyme? La question n'est pas encore tranchée. Mischaël Modrikamen souhaite également donner de la visibilité aux chroniques et agrémenter son journal d'opinion de quelques éditoriaux rédigés par ses soins.

Mais quelle ligne éditoriale défendra ce journal en ligne ? "Elle sera réformatrice, libérale et conservatrice sur les questions d'économie et de valeurs. Je souhaite aussi ouvrir le débat sur les thèmes comme l'énergie, la politique étrangère, la défense des valeurs occidentales. Le Peuple véhiculera des idées et un ton peu présents dans les médias belges actuellement."

Cependant, l'initiateur du projet est contraint de le reconnaitre, Le Peuple ne sera qu'un "second quotidien". "Nous ne pouvons avoir l'ambition d'être un quotidien complet, de premier ordre. Nous espérons que les internautes viendront voir ce que Le Peuple a à dire sur les sujets d'actualité qu'ils auront lus ailleurs auparavant", admet Mischaël Modrikamen.