Salariés et syndicats sont en ordre de bataille face aux suppressions de postes.

C’est dans un contexte singulier au regard de l’agenda public que Radio France entame son onzième jour de grève. Ce jeudi 5 décembre, la France entre dans une mobilisation générale. Une majorité d’organisations syndicales appellent à la mobilisation contre la réforme des retraites. Le trafic de la SNCF, de la RATP et aussi aérien sera particulièrement affecté.

Ce jeudi, le projet de réforme de l’audiovisuel public qui modifie en profondeur la loi du 30 septembre 1986, sera également présenté en Conseil des ministres. "La direction a écrit une lettre pour dire, en résumé : tout va bien, je vous entends, mais je ne peux pas faire autrement. Alors, on continue", annonce Valeria Emanuele journaliste, secrétaire nationale du SNJ Radio France.

Quelle suite donner au mouvement ?

Salariés et syndicats multiplient les points de contact. Ils envisagent une rencontre avec les députés de la commission culturelle. Une lettre, déjà écrite, propose aux salariés, de l’adresser telle quelle à leurs députés et sénateurs ou de la compléter avant envoi. "Nous réfléchissons à tous les moyens jugés utiles pour expliquer à la représentation nationale, au gouvernement et à notre entreprise pourquoi ils sont en train de faire une grosse erreur, explique Valeria Emanuele. Nous cherchons comment continuer à porter le mouvement après le 5 décembre qui sera très suivi. Nous faisons bloc pour garder notre entreprise en état de marche. Nous sommes tous unis et solidaires, tous autant motivés pour mener à bien cette bataille."