Chaque année, Belfius décerne ses Prix de la presse qui récompensent les productions journalistiques de l'année écoulée qui se démarquent parmi différentes catégories.

Cette année, le groupe IPM (La Libre, La DH, Paris-Match...) occupait deux places sur trois en "Presse digitale". Et c'est Paris Match qui l'a emporté dans cette catégorie, grâce au reportage-enquête au plus près des migrants, de la police et même du trafic organisé des passeurs.

La Libre Belgique proposait quant à elle un reportage au cœur de la "Tox City", une immersion dans le Liège des toxicomanes, dans des endroits où la consommation d'héroïne et de cocaïne est visible... Le mot est faible.

Enfin, dans cette catégorie toujours, nos confrères de l'Echo proposaient une analyse interactive sur les enjeux géopolitiques en Arctique.


Les journalistes du Soir, de Knack et du Tijd qui ont travaillé sur les Implant Files, ont reçu mercredi soir, à Bruxelles, le prix Belfius dans la catégorie presse écrite. Ce volet belge d'une enquête mondiale, "véritable travail de révélation, une enquête d'intérêt général, rigoureuse et fouillée", selon le jury, révélait comment des implants peu ou pas testés ont été mis sur le marché et le manque de transparence quant aux incidents

Pour la presse locale, Wilfried remporte la mise via ses journalistes Joël Matriche et David Leloup pour leur travail sur Michèle Lempereur, veuve de Guy Mathot et en couple depuis dix ans avec Willy Demeyer, bourgmestre socialiste de Liège. Le portrait de cette femme "très influente et très discrète", dont le nom se retrouve en bas de bien de contrats en région liégeoise, "débouche sur des révélations" sur "l'énigmatique Mme Demeyer".

La série de photos "The Shame of the Sun" de Sébastien Van Malleghem pour le quotidien flamand De Standaard remporte le prix presse photo. La "grande force" de cette série sur la crise que traversent les Etats-Unis "est de dépasser la seule description de situations singulières pour donner au lecteur un aperçu percutant, cauchemardesque, d'un pays bien loin du slogan simpliste 'Great again! '."

Le prix presse radio est remis à Ghizlane Kounda pour son reportage "Le judaïsme au Maroc" diffusé dans l'émission "Transversales" de La Première (RTBF). En presse télévisée, le prix est attribué au reportage diffusé dans Questions à la Une de la RTBF sur le terrain synthétique. Cette "enquête approfondie" s'interroge sur le remplacement du gazon des terrains de sport par des matières synthétiques.

"La Biotech en Wallonie" publié dans l'Echo et qui s'intéresse à la success story wallonne en matière de biotechnologies remporte le prix presse économique et financière.

A noter que du côté néerlandophone, le reportage de la VRT sur Schild en Vrienden, montrant les côtés moins reluisants de ce mouvement de jeunes nationalistes, a remporté le prix presse télévisée.