Médias/Télé

Les sondages d'opinion réalisés en France annoncent un «non» majoritaire des Français à la constitution européenne. Quelles sont les principales raisons mises en avant par les Français pour rejeter cette constitution?

(Question de Tanguy).

Les uns après les autres, les sondages d'opinion réalisés en France, dans la perspective du référendum du 29 mai au cours duquel les Français auront à se prononcer pour ou contre le traité constitutionnel européen, ont montré une progression du non.

Si l'opinion publique est volatile, ces enquêtes confirment néanmoins que le contexte économique et social français guide autant l'électorat dans son choix que le texte de la constitution en lui-même. L'impopularité du duo Chirac-Raffarin, par exemple, plombe lourdement la campagne menée en faveur du oui. Voter non est donc un moyen de sanctionner le gouvernement actuel. Mais le refus français tient aussi de ce que l'on appelle «le syndrome Astérix»: la France, un pays qui osera dire non. Ainsi certains estiment que voter non équivaut à s'opposer à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne.

Mais d'autres arguments sont avancés par les pourfendeurs de la constitution. «Le traité constitutionnel marque la suprématie du modèle libéral», disent-ils. Et le débat qui fait rage autour de la proposition d'ouverture du marché des services (directive Bolkestein) en est l'illustration. A la clé de ces «dérives libérales», un inévitable recul social: les dispositions de la Charte des droits fondamentaux sont balayées par la suprématie du principe de libre concurrence qui entraînera des délocalisations et une baisse des normes minimales de protection sociale dans toute l'Europe, estiment-ils encore. Ils dénoncent aussi, parfois, le mode de décision trop peu démocratique qui sera mis en place ou le chemin qui semble tracé vers une Europe supranationale. Enfin, le traité ne permet pas un véritable mode de décision démocratique, notamment en matière de révision de la constitution, dénoncent souvent ses opposants.

© La Libre Belgique 2005