À grand coup de hashtag, le boycott du géant de streaming Netflix s'organise sur la toile. Les mentions #CancelNetflix se comptent par centaines sur Twitter, où elles cohabitent avec #SaveTheOA", en référence à la dernière série annulée par Netflix, au début du mois d'août dernier. Si ce hashtag a grandement gagné en popularité ces derniers jours, il n'est pas le seul. D'autres séries, telles que Santa Clarita Diet, Shadowhunters, House of Cards, Sense8 et toute une série de contenus Marvel ont également été débranchées par leur diffuseur. Des programmes qui étaient appréciés par un bon nombre de spectateurs, mais qui n'auront pas droit à une conclusion en bonne et due forme. 

Revenons à l'annulation de The OA, après deux saisons. Celle-ci a provoqué l'ire des fans à tel point qu'une foule d'entre eux a décidé de se mobiliser pour créer une vague de désabonnement chez Netflix.
Si le géant américain n'a pas donné de véritables explications aux fans, il semble que l'origine de la décision soit commune à beaucoup d'autres: un manque de rentabilité. La colère des fans est d'autant plus grande que cinq saisons avaient été annoncées au départ. L'idée d'un téléfilm pour conclure l'histoire avait émergé dans l'imaginaire des fans et avait été évoquée par plusieurs médias, avant d'être balayée pour de bon par le site Variety

Avec le nouveau hashtag #SaveTheOA allié au second #CancelNetflix, le mouvement a atteint son paroxysme, après que des fans aient créé une pétition sur Change.org, signée par 80.000 personnes, ou qu'lls aient manifesté devant les locaux de Netflix à Los Angeles, en Californie. Ils invitent en masse le monde de l'internet à "rejoindre leur mouvement", et à "quitter Netflix".

La vague de désinscription touche des centaines (voire des milliers?) d'internautes, mais ne saurait constituer une véritable menace pour le géant américain aux 139 millions d'abonnés, d'après les chiffres de janvier 2019.