La scène avait choqué et rapidement suscité le lancement d’une pétition qui, en quelques heures, avait rassemblé 816 signatures sur Facebook. Autant de personnes qui fustigeaient “l’indécence portée à son comble” dans un reportage diffusé par RTL-TVI, vendredi dernier, dont le titre aurait pu être “Ces migrants qui gâchent mes vacances”...

Petit rappel des faits. Vendredi 12 juillet à 13 heures, une séquence du JT concernant la situation à Zarzis (Tunisie) à la suite du naufrage de migrants est annoncée comme suit: «Un début de vacances raté pour Charlotte. La Liégeoise venait d’arriver à Zarzis, en Tunisie, et elle a découvert un cadavre sur la plage. Plusieurs touristes s’inquiètent et demandent de pouvoir au moins changer d’hôtel. Une quarantaine de corps de migrants ont été repêchés par les garde-côtes.»

Les plaintes adressées au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) dénoncent une potentielle atteinte à la dignité humaine des personnes migrantes. Elles questionnent également le traitement de l’information dans la séquence, qui aurait pour effet de déshumaniser ces personnes.

Après réception des plaintes et analyse de la séquence, le Secrétariat d’instruction a estimé que celle-ci était effectivement "susceptible de porter atteinte à l’article 9, alinéa 1° du décret sur les services de médias audiovisuels, au regard de l’interdiction de porter atteinte à la dignité humaine". Il a également constaté que les plaintes soulevaient un éventuel enjeu de déontologie journalistique.

Le Secrétariat d’instruction a donc décidé d’ouvrir un dossier d’instruction, selon la procédure dite «conjointe» prévue avec le Conseil de déontologie journalistique (CDJ). En vertu de celle-ci, le CDJ sera amené à remettre un avis au CSA sur le respect des codes de déontologie journalistique. Cet avis doit être remis dans un délai de 90 jours prolongeable une fois.
Ensuite, le CSA se prononcera sur une éventuelle atteinte au droit de l’audiovisuel.

Contactée, RTL précise qu'elle "comprend l’émotion que la séquence consacrée aux corps de migrants échoués sur la plage de Zarzis a pu susciter chez les téléspectateurs. Le lancement du reportage était inopportun mais la séquence elle-même s’attelait à mettre en lumière l’impact très concret de la crise migratoire, sujet très souvent abordé par notre rédaction ces derniers mois mais demeurant très abstrait et lointain pour les téléspectateurs. C’est en ce sens que le reportage était complété le soir-même par le témoignage d’un pêcheur ayant enterré plus de 400 corps échoués sur les mêmes plages depuis le début de l’année. Il n’a jamais été dans l’intention de la rédaction de porter atteinte à la dignité humaine des migrants mais, au contraire, de sensibiliser une nouvelle fois les citoyens sur la réalité crue et proche de cette crise."
"C’est en ce sens que nous expliquerons notre démarche auprès des autorités compétentes"
précise la chaîne.