L'ancien président français François Hollande était l'invité de Pascal Vrebos sur RTL-TVi ce dimanche 12 janvier.

Ensemble, les deux hommes ont abordé de nombreux sujets de l'actualité française et internationale.

Mais Pascal Vrebos a voulu également revenir sur la vie privée de l'ex-Président. Interrogé sur sa fameuse sortie à scooter pour aller voir Julie Gayet, dont Closer avait dévoilé des clichés en janvier 2014, Français Hollande explique: "Le Président a toujours une protection quelle que soit la situation. Les chefs de gouvernement en Europe n'ont pas les mêmes conditions de sécurité et de vie. Le Président français vit dans un Palais, l'Elysée. C'est très difficile de s'échapper. Or tout président de la République française a eu, à un moment, ce besoin d'aller marcher."

Si François Hollande est réputé pudique, le poste de Président amène forcément un déchaînement de la part des médias, jusque dans la sphère privée. Et les réseaux sociaux n'arrangent rien. Sur le plateau de RTL, l'ancien Président a fait par de sa "douleur" par rapport à tout cela: "Les choses ont beaucoup changé avec les réseaux sociaux. Il n'y a plus d'intimité. C'est douloureux car la vie familiale justifie une protection. Au début, j'ai souhaité vivre dans mon appartement mais c'était impossible. J'étais épié, regardé et il y avait des conditions de sécurité. Le président de la République française n'a plus de vie privée, il est entièrement dédié à sa fonction."

Pascal Vrebos est aussi revenu sur cet épisode qui avait valu à l'ex-Président d'être moqué sur les réseaux sociaux. Il s'agit de son discours prononcé le 25 août 2014 à l'occasion du 70ème anniversaire de la Libération, sur l’île de Sein, dans le Finistère. Sans parapluie et trempé jusqu’aux os sous une pluie battante, le président de la République avait à l'époque fait beaucoup parler de lui. Sur le plateau de RTL, quand le présentateur ironise en se demandant si l'Elysée manquait de parapluies, François Hollande répond: "Il ne faut pas qu'il y ait de parapluie parce que le Président ne peut pas être différent de ceux qu'il visite. Je vais prendre un exemple. J'étais sur l'Ile de Sein, en Bretagne, et je devais rendre hommage à ces combattants partis rejoindre le général de Gaulle en 1940. Il pleuvait, une grêle s'abattait sur nous. Ils n'étaient pas protégés et moi j'aurai eu besoin d'un parapluie?"

On notera encore, dans les moments plus décalés de l'émission, cette petite pique à l'adresse des Français. Pascal Vrebos lui demande en fait si c'est vraiment réaliste de vouloir être un Président "normal" comme il a toujours défendu l'être. Et François Hollande de répondre: "La fonction est exceptionnelle. Mais le Président doit toujours comprendre et saisir ce qu'est le peuple français, et on le voit, ce n'est pas un peuple facile". Une petite pique adressée... avec le sourire.