Au profit des Hôpitaux de France, Camille Combal anime l’émission depuis son domicile et attise déjà les critiques de tricherie.

"On va essayer de vous changer les idées" , balance d’emblée l’animateur de TF1 qui a succédé à l’illustre Jean-Pierre Foucault à la présentation du jeu en janvier 2019.

Camille Combal, avec sa femme - Marie - à la coiffure et au maquillage, l’anime même dans son salon depuis ce lundi. Ou quand l’animateur de Danse avec les stars vient à la rescousse de TF1 afin d’éviter à la chaîne numéro 1 de France de devoir encore (re)diffuser des bêtisiers et autres programmes. Après France 3 et son jeu du confinement (Jouons à la maison), place donc à la version confinée de Qui veut gagner des millions . "Ce sera artisanal, du fait maison, un peu roulé sous les aisselles" , concédait le présentateur à l’humour atypique, au Parisien, ce lundi. Tout en évoquant une émission "moins cérémoniale mais plus divertissante" . Mais comment éviter que les célébrités ne trichent sur Internet ? " Nous allons faire tout un cérémonial au début pour s’en assurer ", certifie l’ancien acolyte de Cyril Hanouna à PureMédias. "Nous ferons le tour du domicile de nos célébrités, pour s’assurer aussi qu’il n’y a pas de complice. De toute façon, quelqu’un qui va sur Wikipédia pendant que je pose la question, cela se voit. Mon jeu ne deviendra pas Wikipétriche !"

Après avoir reçu l’humoriste Jarry comme premier invité (12 000 € de récoltés pour une audience de 2,3 millions), c’était au tour de Jean-Pierre Foucault ce mardi soir. Avant Alessandra Sublet, Jean-Luc Reichmann, Denis Brogniart, Valérie Lemercier, Franck Dubosc, Michèle Bernier et sa fille Charlotte Gaccio, Bruno Solo ou encore Michaël Youn. "J’ai une double mission, divertir, tout en étant utile au personnel soignant" , souligne-t-il encore au Parisien. Et pour (la bonne) cause, les gains récoltés iront à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France. Des gains aussi critiqués par les internautes car le sommet de la pyramide est de… 300 000 € et non 1 million. La crise à TF1 ?