Le Bureau des légendes se retrouve dans le top 3 du classement établi par le New York Times.

D’ici quelques jours, les années 2010 partiront en fumée. Il est donc temps de faire le bilan, de relever ce que cette décennie nous a apporté de bon. C’est ce que le New York Times, célèbre quotidien américain, a décidé de faire en dévoilant son classement des trente meilleures séries télé de ces dix dernières années.

En première position, on retrouve Prisoners of War, une série israélienne de Gideon Raff qui a inspiré la bien connue Homeland. Diffusée en 2013 sur Arte, elle relate l’histoire de deux soldats israéliens qui regoûtent à la liberté après avoir été, pendant dix-sept ans, maintenus en détention par un groupe d’islamistes radicaux. De retour, les deux hommes doivent se réintégrer et surmonter leurs traumatismes afin de retrouver une vie normale.

La France dans le top 3

Si la Grande-Bretagne occupe près de la moitié du classement avec douze séries (Sherlock en 2e, The Crown en 6e, Killing Eve en 9e ou encore Broadchurch en 27e), on notera toutefois la présence de trois séries françaises dans le top 30. L’une d’entre elles, Le Bureau des légendes, dont la cinquième saison est attendue pour 2020 sur Canal +, reçoit d’ailleurs la médaille de bronze en se classant à la troisième place du podium. Les Revenants, série également diffusée par la chaîne cryptée, se retrouve, quant à elle, à la 23e place du classement, non loin de Trois fois Manon et Manon 20 ans, mini-séries (Arte) sur une adolescente en rébellion, qui arrivent en 26e position.

Parmi les séries qui ont également connu un succès chez nous, on aperçoit Gomorra, série italienne sur la mafia napolitaine, en 5e position. La Casa de Papel a, quant à elle, rencontré moins de succès outre-Altantique. Les aventures des braqueurs espagnols aux masques de Dali ne se retrouvent qu’en 21e position du classement, derrière Kingdom, une série fantastique de Corée du sud, et Deutschland 83, une production allemande relatant l’histoire d’un jeune espion envoyé en Allemagne de l’Ouest par les services secrets de l’Allemagne de l’Est.

Malgré un catalogue de plus en plus riche et salué par les critiques, les productions belges ne se trouvent malheureusement pas dans le classement des meilleures séries de la décennie. Rendez-vous dans dix ans pour peut-être voir un top 30 avec un peu de noir-jaune-rouge…