L'ancien chroniqueur de "On n'est pas couché", Eric Zemmour a une nouvelle fois fait une sortie remarquée. Lors de sa chronique sur la chaîne de radio RTL, le journaliste est revenu sur les statistiques de la hausse de la criminalité en France. Pour lui, c'est le gouvernement qui est à mettre en cause.

"Seules les sociétés homogènes comme le Japon, ayant refusé de longue date l'immigration de masse et protégée par des barrières naturelles, si elles n'ignorent nullement les trafics de mafia, échappent à cette violence de la rue. Notre territoire, privé de la protection de ses anciennes frontières par les traités européens, renoue dans les villes mais aussi dans les campagnes avec les grandes razzias, pillages d'autrefois: les Normands, les Huns, les Arabes. Les grandes invasions d'après la chute de Rome sont remplacées par les bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d'Africains qui dévalisent, violentent ou dépouillent."

Le polémiste a-t-il encore une fois été trop loin? Souvenez-vous, en 2010 alors qu'il était invité sur le plateau de Thierry Ardisson, il avait dérapé sur le même sujet en disant que la plupart des trafiquants étaient noirs ou arabes. Cette phrase avait créé le buzz sur la toile et avait déclenché de vives réactions. C'est encore le cas aujourd'hui, suite à sa chronique, le président du conseil représentatif des associations noires (CRAN), Louis-George Tin, qui juge les propos racistes et diffamatoires, a demandé le renvoi du journaliste. "J'invite RTL à mesurer la gravité des propos de Zemmour qui en faisant ainsi l'éloge des sociétés prétendument "homogènes", appelle implicitement à une purification ethnique".