Les 50 ans du concours Reine Elisabeth

Le Concours International Reine Elisabeth, consacré cette année au violon, s'apprête à fêter un demi-siècle d'existence. Un demi-siècle de passions, de découvertes et de frissonsCinquantenaire (bien) en vue. Lancé d'abord sous le nom de Concours Eugène Ysae avant la guerre, le Concours Reine Elisabeth naquit sous la forme et le nom qu'on lui connaît aujourd'hui en mai 1951. La prochaine session -consacrée, comme la première, au violon- sera donc l'occasion de commémorations en tous genres.

NICOLAS BLANMONT

Lancé d'abord sous le nom de Concours Eugène Ysae avant la guerre, le Concours Reine Elisabeth naquit sous la forme et le nom qu'on lui connaît aujourd'hui en mai 1951. La prochaine session -consacrée, comme la première, au violon- sera donc l'occasion de commémorations en tous genres: expositions consacrées à la Reine Elisabeth ou à Eugène Ysae, concert de prélude le 17 mai exceptionnellement confié à l'Orchestre Philharmonique de Londres et réunissant trois anciens premiers lauréats (Braley, Toda et Lemieux), concert de gala de clôture sous la direction de Lorin Maazel le 18 juin, concert gratuit le 20 juillet mais aussi édition de livres, d'un coffret de CD et d'un DVD retraçant cette histoire sont quelques-uns des événements qui marqueront cette année un peu spéciale.

ELIMINATOIRES DES LE 30 AVRIL

Mais il y aura aussi et surtout une session complète, avec son rituel s'étalant sur un mois, ses candidats venus des quatre coins du monde et ses retransmissions en radio et en télévision. Les éliminatoires auront lieu au Conservatoire du 30 avril au 5 mai à 15h et 20h: les candidats devront préparer une sonate pour violon seul de Bach, trois caprices de Paganini et un concerto (donné ici avec accompagnement de piano) choisi parmi ceux de Bruch, Lalo, Saint-Saëns, Spohr, Viotti, Vieuxtemps et Wieniawski. Du 7 au 12 mai, mêmes heures et même endroit, les 24 demi-finalistes s'affronteront autour d'une oeuvre pour violon seul d'Ysae, d'un concerto de Mozart accompagné par l'Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, de quatre autres oeuvres au choix -dont une romantique et deux du XXe

siècle- et d'une oeuvre belge inédite.

FINALES DU 21 AU 26 MAI

Enfin, après la traditionnelle semaine en loge à la Chapelle Reine Elisabeth, les finales se tiendront au Palais des Beaux-Arts du 21 au 26 mai: les finalistes joueront une sonate puis, avec l'orchestre National de Belgique dirigé cette fois par Gilbert Varga, l'imposé primé lors du concours de composition et un concerto de leur choix. Le palmarès sera donc prononcé dans la nuit du 26 au 27 mai par le jury. Si l'on n'en connaît évidemment pas encore la composition complète, quelques noms peuvent déjà être pressentis: Franco Gulli, Koichiro Harada, Alberto Lysy, Tuomas Haapanen, Herman Krebbers, Yfrah Neaman, Igor Oistrakh ou Ruggiero Ricci animeront en effet les master-classes données au château de la Hulpe du 14 au 17 mai pour les demi-finalistes non retenus, et l'on sait que ce sont généralement les membres du jury qui officient alors.

La location pour les abonnements s'ouvrira le 13 février, soit sur place au Palais des Beaux-Arts, soit par téléphone (02/507.82.00) ou sur Internet (Web http://www.ticketclic.be). Le site internet du Concours (Web http://www.concours-reine-elisabeth.be)fournit également de précieuses informations, telles que palmarès des éditions précédentes ou liste des concerts donnés par les anciens lauréats.

© La Libre Belgique 2001