La mort de Verdi dans «Le Patriote»

Voici ce que «Le Patriote», ancêtre de «La Libre Belgique», écrivait à la mort du musicien:Milan, 27. - Verdi est mort ce matin à 2h50.Verdi était âgé de 87 ans et trois mois passés. Il était né à Roncole, dans le duché de Parme, le 9 octobre 1813, fils d'un très pauvre aubergiste, qui lui fit donner les leçons de l'humble organiste de sa localité. En 1839, il avait fait représenter, après plusieurs années de lutte, sa première oeuvre musicale. Et, en 1891, il avait fait jouer sa dernière oeuvre, «Falstaff».

Voici ce que «Le Patriote», ancêtre de «La Libre Belgique», écrivait à la mort du musicien:Milan, 27. - Verdi est mort ce matin à 2h50.

Verdi était âgé de 87 ans et trois mois passés. Il était né à Roncole, dans le duché de Parme, le 9 octobre 1813, fils d'un très pauvre aubergiste, qui lui fit donner les leçons de l'humble organiste de sa localité. En 1839, il avait fait représenter, après plusieurs années de lutte, sa première oeuvre musicale. Et, en 1891, il avait fait jouer sa dernière oeuvre, «Falstaff». Elu en 1859 membre de l'Assemblée nationale de Parme, et en 1871 membre de la Chambre des députés du nouveau royaume d'Italie, il avait été nommé, en 1871, sénateur par le roi Victor-Emmanuel. L'Institut de France l'avait élu, en 1881, membre associé étranger de l'Académie des beaux-arts, en remplacement de Meyerbeer. Il était en outre grand-croix de la Légion d'honneur et chevalier de l'Annonciade, ce dernier titre le faisant cousin de la maison de Savoie.

Milan, 27. - Verdi est mort après deux jours d'agonie sans avoir repris connaissance. Ce matin, une foule nombreuse et émue, entoure l'hôtel de Verdi. De toutes les parties du monde commencent à arriver des télégrammes de condoléances. Les théâtres, beaucoup de magasins et de boutiques, les écoles sont fermées.

Une affiche a été placardée dans les rues pour annoncer la mort du célèbre compositeur.

Rome, 27. - La mort de Verdi a produit une impression énorme. A Paris, en 1867, l'Opéra répétait «Don Carlos». Verdi était mécontent de la fin du quatrième acte, du coup de fusil qui tue l'un des personnages de la pièce. Il avait demandé à ses librettistes de modifier cette fin. Ces librettistes télégraphièrent à Verdi «Trouvons pas d'autre dénouement à conspiration. Temps presse. Décidez-vous pour le coup de fusil.» Deux heures après, la police faisait une descente chez Verdi. Verdi leur fit comprendre que le coup de fusil était destiné non à Napoléon III, mais à un personnage d'opéra. Verdi laisse une fortune d'environ trois millions, à l'exception d'un petit legs fait à sa nièce et à des oeuvres de bienfaisance.

© La Libre Belgique 2001

Sur le même sujet